Affaire Maddie : les parents passent l’offensive

par
jeudi 27 septembre 2007

La piste marocaine s’est révélée fausse. La photo de la petite fille blonde sur la photographie rapportée par une touriste espagnole dans le nord du Maroc n’est pas Maddie MacCann. Pour s’en assurer, l’AFP a dépêché sur place un photographe qui a rencontré l’enfant et sa famille. La fillette, dont le visage a fait le tour des médias, est une marocaine du nom de Bouchra Benaïssa, née le 24 octobre 2004 à Zinat, dans la région de Tétouan.

La fille, dont le père est producteur d’olive, cultive une vague ressemblance avec Maddie, mais preuve a été faite de son identité. Trois autres témoignages en provenance du Maroc, dont celui d’une espagnole jurant l’avoir aperçue à Zaio, et ceux d’un Britannique et d’une Norvégienne affirmant l’avoir vue à Marrakech, n’aboutissent à rien de concret. Les parents de Maddie, Gerry et Kate MacCann, fustigent dès lors les autorités portuguaises, qui ont privilégié la piste de l’assassinat au détriment de nombreux témoignages.

Le clan McCann, dont la confiance envers la police est limitée, s’est alloué les services d’une entreprise officiant dans la sécurité privée, Controp Risks Group (CRG), chargée depuis début juin d’étudier tous les indices possibles ayant rapport avec la disparition de leur fille, le 3 mai dernier au Portugal. Peut-être à leur dépends, car les McCann risquent une condamnation pour obstruction de justice. Dans cette affaire, les forces spéciales et les ex-agents des services secrets britanniques employés par CRG sont en effet susceptibles de créer des interférences avec les enquêteurs de la police.

Les McCann, officiellement suspects depuis le 7 septembre dernier, et qui se battent pour prouver leur non-implication dans la disparition de leur fille, contre-attaquent. Ils se sont entourés de certaines personnalités comme Michael Caplan (avocat du général Pinochet), Angus McBride (célèbre défenseur de stars) ou sir Richard Branson (PDG de Virgin). La bataille des McCann prend de l’ampleur et s’attire l’attention des médias britanniques.


Lire l'article complet, et les commentaires