Augustin Legrand pourrait entrer dans le cabinet de Christine Boutin

par
mercredi 26 septembre 2007

Ce n’est pas la lune de miel, mais un rapprochement est perceptible. Christine Boutin est revenue à la charge mardi dernier en proposant à Augustin Legrand un poste de chargé de mission à son cabinet dédié aux sans-abri. Le fondateur des « Enfants de Don Quichotte », qui doit rencontrer l’ancienne candidate à l’élection présidentielle mercredi après-midi, veut cependant y réfléchir à deux fois avant de franchir le pas car il ne souhaite pas qu’on interprète cette démarche comme étant une opération de récupération.

Christine Boutin, qui « admire et respecte le comédien », désire qu’il prenne « conscience de l’ensemble des difficultés concernant le logement ». La ministre ajoute qu’Augustin Legrand, qui critique le gouvernement pour ne pas avoir respecté ses engagements envers les sans-abri, « verra ainsi qu’il n’y a que l’administration qui bloque  ». Alors que Christine Boutin réitère que sa volonté d’agir est « totale et réelle », le porte-parole des SDF rappelle qu’il n’y aura vraisemblablement que 14 000 places pour les sans-abri le 1er janvier prochain au lieu des 27 100 promis par les autorités.

Augustin Legrand hésite et étudie la proposition. Il est pris entre deux feux. « Christine Boutin est sincère » dit-il, en rappelant qu’elle a fondu en larmes lorsqu’elle s’est rendue sur le canal Saint-Martin l’hiver dernier. « Si j’accepte, comment vais-je pouvoir garder ma liberté de parole et continuer à accompagner les SDF ? », se plait-il à rappeler. L’enfant de Don Quichotte n’y va pas par quatre chemins pour s’expliquer. Ses propos sur France Inter mardi dernier ont donné le ton. « Si j’y vais », dit-il « je serais une épine dans leur pied ». Auguste Legrand, qui avoue volontiers ne pas être un technicien, désire que le Parsa soit respecté dans sa totalité. Si le pas doit être franchi, il dénoncera les dysfonctionnements. « Je ne suis pas un énarque. Je ne me ferai pas manipuler. Si on se fout de nous, je le dirai ».


Lire l'article complet, et les commentaires