Duel CRS-étudiants ŕ Paris-X-Nanterre

par
mardi 13 novembre 2007

"On use de la force nécessaire et suffisante". C’est ce qu’a déclaré ce matin, mardi 13 novembre, Christian Sonrier, chef de la police des Hauts-de-Seine, à la conseillère générale communiste du 92, Michèle Fritsch. Celle-ci lui demandait, selon Libération, « le retrait des forces de l’ordre du campus ». La police, a encore précisé son chef, est intervenue à la demande du président de Paris-X-Nanterre, Olivier Audéoud.

Ce matin, vers 10 heures, ils étaient entre 100 et 200 étudiants à bloquer la faculté Paris-X-Nanterre, un blocage voter la veille, lundi 12 novembre, en assemblée générale. L’enjeu : permettre aux étudiants non-grévistes d’assister aux cours. Ces derniers sont majoritaires au sein du campus quand ils ne sont pas indifférents : « Alors que les forces de l’ordre prenaient la place des bloqueurs, explique encore Libération, une foule d’environ 500 personnes regardaient la scène sans intervenir, exprimant des sentiments partagés : beaucoup de jeunes gens souhaitaient pouvoir assister à leurs cours tandis que d’autres critiquaient vertement l’intervention policière."Bloqueurs, hors des facs", "liberté d’étudier" étaient des slogans repris en choeur d’un côté tandis que retentissait de l’autre "police partout, justice nulle part" et "police hors des facs" ».


 


Lire l'article complet, et les commentaires