Fadela Amara en plan

par Babar
mardi 22 janvier 2008

« Plan Marshall pour les banlieues », « Plan anti-glandouille des jeunes », « Plan respect et égalité des chances », « Espoir banlieue ». Il en aura connu, des noms et des appellations, cet énième plan censé désenclaver ces quartiers que l’on appelle des cités, des banlieues, des zones de non-droit, au choix... Mais inutile de s’exciter.

Le vrai plan banlieue sera dévoilé le 8 février par Nicolas Sarkozy. En attendant, Fadela Amara brasse de l’air. Ce matin, à Vaulx-en-Velin, la secrétaire d’Etat à la Ville, accompagnée de sa ministre de tutelle, Christine Boutin, vient de dévoiler les très grandes lignes de ce plan. Un plan beaucoup moins audacieux qu’annoncé.

Que saura-t-on aujourd’hui de ce plan « Espoir Banlieue » ? Pas grand-chose à vrai dire, un grand dessin, à défaut d’un dessin. Une esquisse. Devant 2 000 personnes, Fadela Amara va juste expliquer que ce plan est une synthèse. Celle, précise Mohammed Abdi, son conseiller spécial, « des 30 000 contributions que nous avons reçues durant près de 300 rencontres territoriales depuis six mois », rapporte Le Figaro.

Ce plan comporte trois axes : un accompagnement personnalisé des jeunes sans emploi qui se verront proposer de manière systématique une formation longue débouchant sur un métier, un renforcement des moyens de lutte contre l’échec scolaire et un plan de désenclavement des quartiers.

L’idée de Fadela Amara : « faire émerger une nouvelle élite des banlieues ». Un milliard d’euros sera dégagé pour « désenclaver cinquante quartiers prioritaires qui accumulent les difficultés ».

Comment fera-t-on ? Où trouvera-t-on l’argent ? Les réponses à ces questions cruciales (et à beaucoup d’autres) seront données le 8 février prochain, par Nicolas Sarkozy lui-même. A suivre.


Lire l'article complet, et les commentaires