Gollnisch ne sera pas maire de Lyon

par
lundi 3 décembre 2007

Il a les cœurs fragiles, Bruno Gollnisch. Son cœur opéré en août et son cœur de grand humaniste qui, pour avoir tenu des propos plus que douteux sur les chambres à gaz, s’est vu condamner à trois de prison avec sursis et 5 000 euros d’amende. Son procès en appel, devant la Cour d’appel de Lyon, a lieu jeudi prochain, 6 novembre.

Lyon n’est plus la ville chère à son cœur, donc, puisque ce responsable politique frontiste ne s’y présente plus comme tête de liste lors des prochaines municipales. Son remplaçant se nomme Christophe Boudot.

« Fustigeant l’alliance entre Dominique Perben et les partisans de Charles Millon et Philippe de Villiers à Lyon, Bruno Gollnisch a expliqué que son parti espérait "dépasser les 10 % de voix dans les 3e et 8e arrondissements, et peut-être le 2e" », précise-t-il au Figaro.

Pour autant, il ne renonce pas à ses convictions et conserve ses deux mandats de député européen et de conseiller régional.


Lire l'article complet, et les commentaires