H˘pital, la coupe est pleine

par Babar
lundi 5 janvier 2009

Comment est-ce possible ? En l’espace de deux semaines, deux enfants, l’un de 3 ans et l’autre de 6 mois, sont morts dans les murs de l’hôpital public. Deux enfants morts, des parents désespérés, un personnel sous le choc. Est-ce une terrible loi des séries ou un manque criant de moyens ?

Les hôpitaux français sont-ils malades ? « Un bébé de 6 mois, Louis-Joseph, est décédé vendredi à l’hôpital Necker à Paris, après une erreur humaine de réglage de perfusion dans un établissement hospitalier des Yvelines » précise 20minutes.fr qui rappelle « la veille de Noël, un autre petit garçon âgé de 3 ans, Yliès, est décédé à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris. Soigné pour une angine, une infirmière lui administre par erreur du chlorure de magnésium ».



« Quatre jours plus tard, rappelle letelegrame.fr, un patient de 57 ans, victime d’une crise cardiaque, est décédé, faute de n’avoir pu être accueilli rapidement dans un service de réanimation ». Pour Roselyne Bachelot, ministre de la santé, l’hôpital n’est pas en cause. Les réformes doivent continuer. Sur Europe 1, Eric Woerth, ministre du Budget, déclarait hier que les hôpitaux ont « les moyens de fonctionner », mais auraient simplement « besoin d’une meilleure organisation ».

Selon l’ensemble des responsables politiques, ce qui s’est passé n’est pas une question de manque de moyens, mais ce n’est pas l’avis du président du Syndicat national des pédiatres des établissements hospitaliers, Jean-Louis Chabernaud, qui dit exactement le contraire au jdd.fr : « On atteint aujourd’hui la limite, on touche à la qualité de l’accueil et à la sécurité des patients. » Un autre bébé est mort à l’hôpital de Bastia. Dans toutes ces affaires les parents ont porté plainte.

Mais faudra t-il encore d’autres affaires similaires pour réformer l’hôpital comme le souhaite les français, c’est-à-dire de façon à être soigné correctement et à être en meilleure santé en y sortant qu’en y entrant. Et pas l’inverse.



Lire l'article complet, et les commentaires