La mort, illégale à Sarpourenx

par
jeudi 6 mars 2008

C’est une décision qui fait sourire en notre douce France. Le 13 février, Gérard Lalanne, maire sortant de Sarpourenx, dans les Pyrénées-Atlantiques, vient en effet de signer deux décrets communaux : "Il est interdit à toute personne ne disposant pas d’emplacement dans le cimetière et souhaitant être inhumée à Sarpourenx, de décéder dans la commune". L’article 2 précise que « les contrevenants seront sévèrement sanctionnés pour leurs actes ».

Cette décision, chacun s’accorde à la trouver comique ou absurde. Pourtant, Gérard Lalanne qui se représente pour la septième fois à Sarpourenx, village de 260 habitants proche d’Orthez, n’a rien d’un fantaisiste.

Selon lefigaro.fr, « Il y a deux ans, l’édile avait obtenu en justice le droit d’étendre le cimetière communal à un champ privé de 5 000 m², voisin de l’église. Mais la procédure d’expropriation a été annulée en juillet 2007 par le tribunal administratif de Pau, jugeant que « les atteintes à la propriété privée étaient excessives ».

On peut trouver absurde la décision du maire, mais qui veut d’un cimetière devant sa fenêtre. La maire de Cugnaux (Haute-Garonne) en sait quelque chose qui a pris la même décision en 2007 : « Il faut un lieu isolé pour ne pas gêner les riverains, mais avec des routes et du stationnement, tout en tenant compte des contraintes géologiques... Il est très difficile de trouver des terrains pour enterrer les morts », rapporte lefigaro.fr

« Je ne peux plus enterrer. Le premier mort qui arrive, je l’envoie au préfet, représentant de l’Etat. C’est à ceux qui ont pris cette décision d’en assumer les conséquences », rapporte lepoint.fr.


Lire l'article complet, et les commentaires