Les eurodéputés voient la Turquie s’éloigner

par
mercredi 6 septembre 2006

Les eurodéputés de la Commission des affaires étrangères de l’Union européenne viennent d’adopter un rapport qui sera soumis du 25 au 28 septembre en session plénière : le ton est à la déception, et le propos injonctif.

Le bilan des actes politiques recensés en Turquie depuis le projet d’intégration à l’Union européenne est apprécié comme insuffisant : « Nous avions espéré qu’avec le début des négociations, l’enthousiasme grandirait en Turquie, et que nous verrions la mise en place rapide de réformes. Mais c’est le contraire qui s’est passé. Il n’y a presque plus eu de grandes réformes. » Sont regrettées les insuffisantes évolutions, stagnations ou faux-semblants en matière de liberté d’expression, de liberté religieuse, de droits des minorités, de droits des femmes, de droit syndical et de droits culturels, ainsi que la persistance des autorités turques à refuser une normalisation des relations avec Chypre et un apaisement avec les Arméniens. Selon les termes du rapport, ces « manquements persistants » sont susceptibles d’avoir « des conséquences sérieuses sur le processus de négociation et pourraient même l’interrompre ».

Aujourd’hui, sur le site d’Amnesty international, (http://web.amnesty.org/library/Index/ENGEUR440142006), a été mis en ligne un rapport : Turkey : Justice delayed and denied.

Les eurodéputés saluent cependant des efforts efficaces en matière de lutte antiterroriste et anticorruption.   


Lire l'article complet, et les commentaires