Projet de loi sur les OGM : les syndicats agricoles se divisent

par L’équipe AgoraVox
mercredi 9 avril 2008

Après l’adoption, mercredi 9 avril, du projet de loi sur les OGM, les syndicats agricoles affichent leur division.

L’Assemblée nationale a adopté, en première lecture, et à une courte majorité, le projet de loi sur la culture et la commercialisation des OGM. Les groupes UMP, à l’exception du député François Grosdidier, et du Nouveau centre (NC) ont voté pour (249 voix) ; le groupe de la gauche démocrate et républicaine (GDR) et le groupe socialiste, radical et citoyen (SRC), qui rassemble les communistes et les Verts, ont voté contre (228 voix). Le texte voté permet la coexistence des cultures OGM, traditionnelles et biologiques.

Du côté des syndicats agricoles, c’est la discorde. On affiche en effet des mécontentements variés et contradictoires. La FNSEA regrette ainsi l’adoption de l’amendement d’André Chassaigne (PCF) qui vise à protéger les "zones de productions de qualité sans OGM". La Confédération paysanne déplore, à l’inverse, que "la loi OGM n’ait pas tranché clairement sur le principe fondamental du droit et de la liberté de produire et de consommer sans OGM". Elle estime, en outre, que le texte est "trop légalisateur de contamination généralisée", et appelle "au courage politique plus affirmé du gouvernement face à une majorité parlementaire sourde à la demande de la société". Enfin, la Coordination rurale se plaint de ce que "l’obligation d’étiquetage des produits contenant des OGM n’ait pas été retenue, pour garantir réellement à chaque consommateur sa liberté de consommer avec ou sans OGM".

De ce débat parlementaire agité, l’opposition tire, quant à elle, cet enseignement radical : "le Grenelle de l’environnement est mort".


Lire l'article complet, et les commentaires