Radiologie morte jeudi

par Babar
jeudi 23 avril 2009

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les radiologues libéraux et les personnels de l’imagerie médicale à une « journée radiologie morte » dans toute la France.

70%. C’est le nombre de cabinets de radiologie libéraux fermés aujourd’hui. Un chiffre avancé par Jacques Niney, président de la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR). Seules les urgences seront assurées dans les services de radiologie des cliniques. On compte environ 1800 cabinets de radiologies en France.
 
La nouvelle disposition imposée aux radiologues par l’Assurance maladie depuis le 12 mars dernier est en ligne de mire. Elle consiste à baisser de 50% le tarif des examens radiologiques à partir du deuxième acte effectué dans la journée, pour un même patient et à la demande du même praticien. Selon le docteur Jacques Niney, président de la FNMR et radiologue à Melun, il y a péril en la demeure. Pas moins de 250 à 300 cabinets risquent de fermer, dont une majorité de petites structures de proximité. La nouvelle tarification peut entraîner une diminution de 9 % à 25 % du chiffre d’affaires des radiologues.
 
Outre les charges inhérentes à toute entreprise, les radiologues arguent que leur parc de matériel, onéreux, doit être maintenu et renouvelé régulièrement. « Nous avions proposé, explique M. Niney aux Echos, que le deuxième acte soit moins bien rémunéré lorsque l’appareil utilisé est le même, mais cette mesure va beaucoup plus loin. Lorsque deux appareils différents sont utilisés, les frais sont plus élevés. » Pour ce spécialiste, cette une décision « autoritaire et purement comptable qui met en péril l’avenir des cabinets ».
Des élus locaux sont mobilisés en faveur des radiologues et une pétition en ligne réunie déjà plus de 40 000 signatures. En outre un recours a été déposé devant le Conseil d’état.



Lire l'article complet, et les commentaires