Sarkozy et Chirac : de la filiation l’ADN (partie 1)

par
jeudi 15 novembre 2007

Chirac a toujours aimé les grandes portes. Question de taille. En plus de quatre décennies de vie politique, il les avait toutes franchies. Sauf une. Près de six mois après avoir quitté sa fonction de Président de la république il revient donc par celle du Conseil Constitutionnel, « la plus haute juridiction de l’Etat, celle qui a le droit de vie et de mort sur les lois votées par le Parlement », précise 20Minutes. Pour le Président Chirac, onzième membre du Conseil des sages, cette institution n’est pas un joujou et il entend s’y investir pleinement.

Ce qui signifie beaucoup pour l’ex-père spirituel - devenu son adversaire - du Président Sarkozy.

Ils ne sont pas treize autour de la table, mais pour le Président de la république actuel, c’est tout comme, car le Président Chirac a entre les mains les moyens de faire écrouler comme un château de cartes le bel édifice érigé par Nicolas Sarkozy, édifice qui lui avait valu les voix des électeurs les plus conservateurs aux dernières élections.

Il lui suffit pour cela de voter contre les articles 13 et 63 de la loi Hortefeux sur l’immigration aujourd’hui examinée par le Conseil des sages.

Voir la deuxième partie


Lire l'article complet, et les commentaires