Séduction néo-nazie au Nord de l’Allemagne

par L’équipe AgoraVox
lundi 18 septembre 2006

 

Les élections régionales qui se déroulent à Berlin et dans le Land du Mecklembourg-Poméranie occidentale, en ex-RDA, au bord de la Baltique, terre d’origine de la Chancelière, inquiètent. Lrs pronostics tablaient sur une progression du parti néo-nazi NPD jusqu’à 6 ou 6,5 %, peut-être 7% des voix en Mecklembourg-Poméranie occidentale. Le résultat est, selon les sources, de 6,9% à 7,3% (1% aux élections précédentes). Alors, comme dans le Brandebourg et comme en 2004 en Saxe, il entre au Parlement régional, avec ici cinq sièges.

Le NPD a allié agressivité et séduction au cours de sa campagne. Les mots d’ordre peuvent convaincre dans une population appauvrie et désespérée : l’exigence du « nous d’abord » a été martelée à travers des slogans tels : « Stop au pillage du peuple allemand - Nous ne sommes pas le Bureau d’aide sociale du monde entier », « La mondialisation tue les emplois allemands », « Imposons la justice sociale - à travail égal, salaire égal. » Toujours dans la volonté de préserver la Volkssubtanz, concept qui pose comme première l’essence du peuple allemand, le NPD reprend des thèmes de l’Ostalgie, et se pose en défenseur particulier des intérêts est-allemands. Cet Etat est le moins peuplé d’Allemagne (la population a baissé de 15 % depuis la fin du communisme), et subit le plus fort taux de chômage (18%).


Lire l'article complet, et les commentaires