A propos des-rappages « Sale pute » et « Suce ma bite la Saint Valentin »

par pigripi
vendredi 3 avril 2009

Imaginez un rappage qui s’intitulerait « Sale mac » et « Suce ma chatte à la Saint Valentin » où l’auteure gueulerait qu’elle va « Ilan halimiser » son mac (Ilan Halimi a été torturé à mort parce qu’il était juif). Un texte où une rappeuse écrirait « je vais te larder le cul avec un couteau pointu parce que tu m’as pas vue » ou « Orelsan, spermato purulent ».
Ce texte n’existe pas mais les titres des "chansons" sont réels et je n’ai fait que transposer certaines de leurs paroles.

Imaginez un groupe qui se nommerait « Nique ton père ».

 

Imaginez la famille de Simone qui irait protester au tribunal contre sa condamnation injuste pour avoir dépecé son amant ou celle d’Elisabeth Cons-Boutboul qui ferait un sit-in devant le palais de justice pour crier à l’erreur judiciaire parce qu’elle a été condamnée pour avoir fait tuer son gendre (Je fais allusion à l’assassin de Sohane brûlée vive et à Amer Butt, l’agresseur de Chahrazad dont les familles et les amis se sont indignés de la condamnation des criminels).

 

Imaginez que le procès Papon n’ait pas eu lieu pour ne pas lui faire de publicité et que les criminels ne soient pas jugés afin de ne pas servir d’exemple.(Je fais allusion aux propos de ceux qui pensent que Orelsan est un mauvais rappeur qui ne mérite pas qu’on lui fasse de la pub)

 

Imaginez qu’on rende hommage à l’Assemblée Nationale à une députée qui se serait suicidée après avoir battu et tué son compagnon (Référence à Jean-Marie Demange, député UMP de Thionville qui a tué sa compagne après l’avoir battue et s’est suicidé en novembre 2008).

 

Imaginez une femme qui aurait assommé son ami, l’aurait abandonné sans soins, l’aurait laissé mourir et aurait reçu le soutien inconditionnel de ses amis pendant 4 petites années de prison (je fais allusion à Bernard Cantat, l’assassin de Marie Trintignant).

 

J’imagine et je ne fais qu’inverser des situations réelles vis-à-vis desquelles les réactions du public et des pouvoir publics sont plus que faibles, pour cause de banalité du sexisme.

 

Le rappeur Orelsan chante en toute liberté « Sale pute » et « Suce ma bite pour la Saint-Valentin » où il insulte, menace de « marie trintigner » sa « pute ». Il ne suffit pas de dire que c’est un mauvais rappeur et que nous ne devons pas en parler pour ne pas lui faire de la pub. Ce mec est un irresponsable et un pousse au crime dans une société qui méprise, discrimine, exploite, écarte, tue et viole ses femmes en continuant à penser qu’ « elles l’ont cherché » et que les injustices diverses dont elles sont victimes sont de leur responsabilité, voire de leur incapacité.
Ce type, avec sa diarrhée de haine autorise implicitement les jeunes gens qui ont déjà du mal à contrôler leur violence, à se laisser aller à battre, violer et tuer les femmes.

Le drame est que la plupart des jeunes ont tendance à relativiser le phénomène. Les jeunes filles exprimant leur dégoût pour ces vieilles féministes ringardes qui voient du sexisme -quel mot obscène !- là où il n’y en a pas et les jeunes gens qui croient que parce qu’ils les baisent sans être mariés, elles ont atteint le sommet de l’égalité.



La discrimination des femmes dans les études, l’éducation, les professions et la politique va de paire avec la violence sexiste, les propos inconsidérés du pape qui dit que l’avortement est plus grave que le viol, l’image des femmes dans les médias et la publicité, les blagues sur les blondes, la conviction populaire qu’une femme qui couche est une femme facile et que si elle se fait violer, c’est qu’elle l’a cherché. Tout cela concourt à déterminer la place des femmes dans la société et tous ces élements produisent une pensée cohérente et discriminatoire, la pensée sexiste.

Je pense que cette affaire ne doit pas trainer pour précisément limiter la publicité mais que le rappeur doit être inculpé rapidement pour trouble à l’ordre public et incitation au meurtre, qu’il soit condamné à des travaux d’intérêt public dans les services d’urgence qui accueillent les femmes battues et violées, les morgues où on lave le cadavre des femmes victimes de violence conjugale.

 Ci-dessous : l’Assemblée s’en mêle :

Réponse de Valérie Létard

à la question d’actualité de Monsieur Guy GEOFFROY,

Député de Seine et Marne

Assemblée Nationale, Séance du mardi 31 mars 2009

Monsieur le Député,

Une chanson dont le contenu se révèle d’une rare violence à l’égard des femmes circule librement

sur internet. Il s’agit de paroles inadmissibles qui constituent une véritable incitation à la haine

voire au meurtre en direction des femmes.

Je soutiens les associations qui de leur côté ont réagi. Plusieurs personnalités politiques se sont

également émues du fait que ce rappeur puisse se produire prochainement dans un festival.

Pour ma part et à ce stade,

1) l’urgence a consisté à faire que le contenu inacceptable de cette chanson soit retiré d’internet.

Dès vendredi, les sites de You tube et Daily Motion ont été contactés. L’accès à cette vidéo a été

restreint pour les mineures. Ce n’est pas suffisant. Mais nous souhaitons que cette vidéo soit tout

simplement retirée de la circulation sur internet. Nous avons saisi à cette fin les hébergeurs. Ces

derniers hésitent manifestement à considérer que nous sommes bien en présence d’un contenu

illicite. Cela n’est pas un comportement citoyen.

2) Je passe donc à l’étape suivante et demande à la justice d’instruire cette affaire et d’examiner

dans quelles conditions des suites judiciaires peuvent être engagées face à cet dossier. L’objectif

est de réunir les conditions nous permettant de saisir le Procureur de la République de Paris dans

les plus brefs délais.

3) Internet est un espace de liberté formidable, pour autant, ce n’est pas une zone de non droit.

C’est le message que le Gouvernement veut faire passer aujourd’hui.

Lire l'article complet, et les commentaires