CIO et crÍpe noir

par C’est Nabum
mercredi 26 février 2014

Maintenant que tout est fini ...

L'esprit sportif

Le sport est au-dessus des basses contingences de la politique. C'est du moins la thèse officielle de cette noble institution qui, pour attester de sa plus parfaite neutralité, s'est installée en Suisse. Je sais que de mauvaises langues prétendent que c'est pour raisons fiscales, mais vous savez combien les gens sont jaloux et souvent parfaitement mesquins !

Ainsi donc, ce CIO si sourcilleux sur la charte olympique, a interdit aux athlètes ukrainiens de porter un crêpe noir après le massacre de la place Maïden . Le deuil serait donc désormais une manifestation politique : une affreuse manifestation à réprimer à coups d'exclusions du monde sportif. Il y a des balles de biathlon qui se perdent ! …

Il va être grand temps que toutes les fédérations sportives, les clubs amateurs tout comme les entreprises professionnelles cessent de nous contraindre à la minute de silence quand un grand ancien vient à disparaître. Le CIO est formel : mémoire et sport ne font pas bon ménage, seuls sont autorisés les dessous-de- table .

Le brassard du capitaine est tout juste toléré par ces messieurs dames si scrupuleux sur l'éthique. Par contre, le nom des marques des équipementiers ne semble pas déclencher le courroux de cette noble assemblée qui aime à se vendre au plus offrant, surtout si c'est un dictateur honteux, un pays peu ou pas démocratique, une nation aux lois ségrégationnistes.

Mais que le monde sportif se refuse à s'immiscer dans les affaires intérieures d'un état légitime n'est pas le problème. Le sport est un grand rassemblement de la jeunesse ; les jeux de Berlin en 1936 avaient montré la voie et depuis, les doutes les plus terribles pèsent sur cette mafia aux règles si opaques, aux comptes si obscurs et à la cooptation si commode.

La flamme va s'éteindre ; Poutine aura eu son heure de gloire, les juges du patinage artistique auront fait le job pour complaire au tyran. Nulle bavure ne sera venue émailler cette joyeuse réunion qui fait si bien abstraction du contexte alors qu'elle baigne dans une atmosphère délétère. Les journalistes sportifs n'en soufflent mot et débitent des âneries comme l'inénarrable couple Montfort Candéloro. C'est ainsi qu'on endort les masses et qu'on tue la jeunesse à quelques kilomètres des réjouissances.

Tout est possible mais pas l'expression du deuil ! Voilà la réalité de cette démonstration de force d'une Russie, qui la fête finie, pourra tranquillement aller tuer dans l'œuf les espoirs de l'Ukraine. Ne nous trompons pas : il y a certainement un joli coup de Trafalgar en préparation . Monsieur Poutine est un mauvais joueur et le CIO n'y trouvera plus rien à dire !

Sportif dans l'âme, je n'ai pas regardé une seule image de ce cirque honteux qu'on dit blanc. Cette neige est maculée du sang des 76 ukrainiens assassinés par les sbires d'un président, grand ami du tsar de toutes les Russies. Le Monde s'est indigné puis il va oublier. Les médaillés reviendront sous les hourras des foules tandis que les morts seront enterrés dans l'indifférence générale.

Non, le sport n'a rien à voir avec la politique. Nous en sommes convaincus à tel point que tous les pouvoirs du monde exploitent jusqu'à la corde les exploits de leurs champions, favorisent ce patriotisme de pacotille et font chanter les hymnes nationaux par des foules décervelées. Du pain et des jeux ! Le pain cependant est de plus en plus sec et amer, les jeux quant à eux brillent des mille feux de cette immense manipulation des masses.

Je rêve d'un sport sans drapeau ni hymne, sans CIO ni cérémonie officielle. Le sport n'a pas besoin de se salir dans cette compromission indigne. Il devrait être joie et liberté, jeunesse et naïveté. N'oubliez jamais que dans la Grèce antique, les athlètes se présentaient nus sur le terrain de leurs exploits. Au moins dans cette tenue, le crêpe noir serait une tâche indélébile sur les jeux de l'ignoble Poutine !

Ukrainiennement leur.

 


Lire l'article complet, et les commentaires