Courir moustaches : Novembre Bleu Solidaire

par Invictus63
vendredi 22 octobre 2021

Après Octobre Rose pour la recherche contre le cancer du sein, novembre affiche sa couleur bleue ou orange et ses moustaches pour une course solidaire et sérieuse contre le cancer de la prostate.

Les Courses Solidaires Moustachues pour Soutenir la Recherche contre les Cancers Masculins

Après Octobre Rose pour la recherche contre le cancer du sein, novembre affiche sa couleur bleue ou orange et ses moustaches pour une course solidaire et sérieuse. Tout le monde peut enfiler ses baskets paré de ses plus belles Bacchantes. Hommes, femmes et adolescents viennent courir ou marcher dans une ambiance bon enfant contre les cancers masculins en particulier celui de la prostate et des testicules. Mais à qui revient cette initiative caritative pour sauver nos hommes et encourager la prévention du cancer prostatique ? MoVember, vous connaissez ? Qui sont ces milliers de Mo Bros et Mo Sisters à l’origine des courses solidaires des Moustaches ?

Movember en course contre les cancers masculins

Il était une fois deux potes Travis Garonne et Luke Slattery qui, appuyés sur un zinc quelque part en Australie, déploraient la disparition des moustaches. Pour remettre cet atour masculin à la mode, ils se lancent le défi de réunir 30 hommes qui se laisseraient pousser la moustache. Pari tenu, les moustaches poussent et Adam Garonne y voit l’occasion de créer officiellement Movember, contraction de Mo, moustache en argot, et vembre pour novembre. Le site qui lui est dédié permet de récolter des fonds pour soutenir la recherche contre le cancer de la prostate et sont reversés à la Prostate Cancer Foundation of Australia. Les 480 Mo Bros et Mo Sisters, frères et sœurs de la moustache, réussissent l’exploit de réunir 30 700 euros en 2003 et de lancer 6 projets sur la santé masculine. C’est le début d’une grande aventure solidaire qui va dépasser les frontières de l’Australie.

En 2005, Movember reçoit le statut officiel d'organisation caritative australienne. Plus de 6 millions d’euros sont levés et le nombre de Mo Bros et Sisters multipliés par 138 pour atteindre plus de 5 millions de moustachus en 2016…À partir de 2007, de nouveaux pays deviennent partenaires de la Prostate Cancer Foundation : les USA, le Canada, la Nouvelle Zélande, le Royaume-Uni, et l'Espagne. L’Afrique du Sud, la Finlande, les Pays-Bas, la République Tchèque viennent grossir les rangs de Movember en 2010 qui lance son premier projet autofinancé : le Plan d’action mondial pour accélérer la recherche sur le cancer de la prostate. En 2011, la Belgique, la Norvège et le Danemark rejoignent le mouvement pendant que 207 millions d’euros sont récoltés. Movember est reconnu parmi les 100 meilleurs organismes de charité par le journal Global pour son impact, son innovation et sa durabilité. 

C’est en 2012 que la France entre dans les rangs accompagnée de l’Allemagne, Hong-Kong, Singapour et la Suisse. En 2016, Movember s’associe à la National Breast Cancer foundation d’Australie pour financer la recherche des cancers masculins et féminins. Cette association donne l’occasion aux chercheurs de mettre à profit des similitudes génétiques entre les cancers de la prostate, du sein et de l'ovaire pour améliorer les protocoles de traitement. Mais l’organisation reconnue la plus innovante à but non lucratif d’Australie en 2015 ne s’arrête pas là : elle souhaite développer les liens sociaux des hommes et lutter contre l’isolement des plus fragiles socialement. Elle s’attaque aux stéréotypes de genre, aux pressions de la virilité et au suicide masculin en finançant une série Australienne, « Man up ». 

Depuis sa création, Movember est devenu un mouvement mondial qui inspire le soutien de millions de Mo Bros et Mo Sisters unis par un engagement pérenne dans leur campagne de prévention des cancers masculins.

 

La France dans la course pour vaincre le cancer 

Selon L'Institut national du cancer, il représente 25% des cancers masculins en 2018, 50 400 nouveaux cas et 8 100 décès en baisse entre 2010 et 2018. Il est repéré majoritairement chez des hommes vieillissants après l’âge de 60 ans.

Les taux d’incidence et de mortalité sont en baisse constante depuis 1990 grâce aux traitements et au dépistage précoce du cancer de la prostate. Deux examens permettent de le révéler : le dosage du taux d’antigène prostatique normalement présent à taux faible dans le sang et le toucher rectal, parfois difficilement accueilli par certains hommes. 

Dans une étude sociologique du journal OpenEdition, il est établi un certain malaise et un rapport distant entretenu par les hommes à l’égard de cette auscultation. Ce « passage obligé » est pourtant essentiel dans le dépistage du cancer de la prostate comme a pu le suggérer une campagne publicitaire de 2011 : « Cancer de la prostate, ne passez pas à un doigt du diagnostic ! » Cette résistance est liée à la masculinité hégémonique. Elle implique l’éloignement de la vulnérabilité et une virilité affirmée non dévalorisée, selon la sociologue australienne Raewyn Connell. La position passive et la pénétration du corps sont perçues comme dévirilisantes. Le toucher rectal évoque pour certains hommes des comportements soupçonnés de féminité. À cette représentation s’ajoutent celle du tabou de l’anus et de la souillure. La peur, la honte, la pudeur, le sentiment d’infériorité et de dévirilisation sont des émotions fréquentes exprimées autour de cet examen.

Les hommes de plus de 50 ans et ceux dont un cancer de la prostate a été dépisté chez un proche, relativisent ces émotions et la résistance à l’auscultation rectale. De même, la responsabilisation des populations vis à vis de leur santé modifie la perception du dépistage. Il est généralement vécu comme un examen médical parmi tant d’autres.

 

Les villes françaises dans la course des moustachus

Bien inspirée par Movember, bon nombre de villes françaises multiplient les actions solidaires pour récolter des fonds pour la lutte contre le cancer de la prostate. 

L’association des Bacchantes organise depuis 2012 des courses moustachues pas sérieuses pour une cause sérieuse : à Reims, Paris, Aix en Provence et en 2015 pour la première fois à Toulouse et depuis 2018 à Montpellier. On court vêtu de couleur orange sur 5 à 10 km selon les villes avec le port de la moustache obligatoire, vrais poils ou postiches acceptés à partir de 16 ans pour les filles et les garçons. Depuis 2012, 388 000 euros ont été reversés à la recherche contre le cancer de la prostate grâce aux participants, partenaires et bénévoles. On peut aussi marcher pour la cause des cancers masculins en marge de la course pour augmenter les rangs des Mo Bros et Mo Sisters à la française. Pour chaque inscription,10 euros sont reversés à un acteur local de la recherche. L’idée vise à sensibiliser les hommes aux risques du cancer de la prostate et à l'importance d'un dépistage précoce. Des villes de moindre importance proposent des courses caritatives contre les cancers masculins et sensibilisent à la santé masculine : depuis 2016, Aubière dans le Puy-De-Dôme invite les messieurs à se laisser pousser la moustache pour son novembre bleu. Le club d’athlétisme ASPTT de Clermont-Ferrand, association sportive à but non lucratif, organise la course bleue. Les fonds récoltés sont reversés à deux associations et au Centre de lutte contre le cancer : 

 

Convaincus ? Il existe sûrement une course solidaire Novembre bleu près de chez vous pour soutenir les hommes et leur santé. À vos moustaches et vos baskets pour lutter contre les cancers masculins !

 Véronique Vénuat

 

Sources : 

 

https://fr.movember.com/

https://www.ch-sens.fr/movember-la-moustache-en-novembre-pour-le-cancer-de-la-prostate

http://www.lesbacchantes.org/#courses

http://www.lacourstache.com/

https://journals.openedition.org/rsa/1808

https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Les-cancers-les-plus-frequents/Cancer-de-la-prostate

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/cancers

https://www.frm.org/recherches-cancers/cancers-en-chiffres

https://www.urofrance.org/base-bibliographique/incidence-et-mortalite-du-cancer-de-prostate-en-france-tendances-evolutives

https://www.ligue-cancer.net/article/26089_les-chiffres-cles-des-cancers#cancers-frequents

 


Lire l'article complet, et les commentaires