Laissons-leur leur démocratie et reprenons la nôtre !

par Rolland Gueneau
lundi 28 novembre 2011

La majorité des Françaises et des Français ne font plus confiance aux élus et veulent, entre deux élections reprendre la parole par voie référendaire. 82% des Français, sondage Sofres, expriment cette volonté de décider de ce qui les concerne au quotidien.

Tout ceci est très compliqué nous dit-on. Il faut des gens très intelligents, formés dans des écoles d’exception, pour contrôler ce qui nous regarde. Ben on peut se permettre de ne pas être convaincu par l’efficacité de ces gens. Michèle Alliot-Marie confond une émeute avec une révolution. Les intérêts de la dette nous ont couté 1 300 milliards d’euros en France depuis que Valéry Giscard d’Estaing a donné la création monétaire aux banques privées en 1973. Sarkozy a du mal à comprendre que 200 euros détournés par 100 000 pauvres font toujours moins que 300 millions détournés par un seul. Jean-Claude Trichet prête de l’argent aux banques… pour qu’elles puissent spéculer sur les états et les citoyens tout en préservant le pactole des riches d’une inflation qui serait pourtant bien utile contre la dette. Fillon nous promet l’austérité alors que la France compte tant de chômeurs. Produire moins pour manger moins en somme. Et pendant ce temps là, malgré de nombreuses pressions et tentatives, les députés n’ont jamais restreint leurs salaires. A ce niveau, cela ne ressemble plus vraiment à de l’incompétence. C’est plutôt de la trahison.

Le droit d’initiative citoyenne permet à tout citoyen d’élaborer une proposition de loi et de la soumettre aux suffrages de la population, via référendum, si elle réunit auparavant un nombre suffisant de souscriptions (sous forme de pétition par exemple). Cette proposition de loi a été pour la première fois proposée par Condorcet dans sa constitution de 1793 (rejetée car trop démocratique). Elle a été adoptée entre temps, sous divers formes, dans certains länder d’Allemagne, en Italie, dans plusieurs états des USA et surtout en Suisse.

Un faux Référendum d’Initiative Citoyen (RIC) a été mis en place en France il y a peu. Les différents partis le promettant depuis plusieurs décennies, il fallait bien faire illusion : ii est à l’initiative d’un cinquième des parlementaires (d’où l’initiative populaire ?!), doit rassembler préalablement 4,5 millions de signatures (aucune pétition n’a jamais atteint ce chiffre), et permet finalement, si il le désire, au Président de la République de déclencher un référendum. Si tel est son bon vouloir. Là on ne peut parsdire qu'on nous prend pas pour des imbéciles.

Le 7 mars 2010 les suisses, par référendum et à travers ce système, ont abrogé une loi qui aurait entrainé une baisse des retraites. En France la même année, nous nous sommes rassemblés par millions, déclenchant des grèves et des manifestations aussi impressionnantes que couteuses… et inutiles.

Les « RIC » n’est qu’un moyen. Le moyen de mettre en place une réelle démocratie. Il permettrait par exemple d’exiger une constitution écrite par les citoyens pour contrôler les pouvoirs. D’exiger des citoyens tirés au sort pour s’assurer de la liberté et de l'indépendance des flux médiatiques. D’exiger la renationalisation de la création monétaire et son contrôle citoyen. d'exiger un audit citoyen de la dette public. Et pourquoi pas une pénalisation du mensonge politique !

On parie que si le peuple décidait, la france ne serait pas en faillite ? On parie que si le peuple dirigeait, notre pays serait encore un grand pays industriel ? On parie que si le peuple dirigeait, on ferait mieux qu'eux ?

http://www.ric-france.fr/action/petition.php

http://www.facebook.com/pages/R&eacute ;f&eacute ;rendum-dInitiative-Citoyenne-RIC/112392905543057

www.ric-france.fr

Rolland


Lire l'article complet, et les commentaires