Les cadeaux d’aujourd’hui font les licenciements de demain : vous Ítes responsables !

par Philippe Nieuwbourg
mardi 26 décembre 2006

Plaidoyer pour une prise de conscience du consommateur et une attitude responsable. L’acheteur français de jouets chinois est coupable de la perte de milliers d’emplois dans le Jura.

Pour fêter Noël en famille, vous avez déposé au pied du sapin (un jeune arbre qui a mis plusieurs années à se développer avant que vous ne l’abandonniez sur le trottoir dans quelques jours... mais c’est une autre histoire) quelques paquets cadeaux pour les plus jeunes de votre entourage, enfants, petits-enfants, neveux et nièces, cousins et cousines. Des dizaines de millions de jouets qui changeront de main entre la nuit de Noël et celle du nouvel an.

A côté de cela, vous, parents, tenterez de chasser de votre esprit pendant quelques jours les grands problèmes de société auquel notre pays est confronté : mondialisation, précarité, chômage des jeunes, sentiment d’insécurité... Mais quel est le rapport, me direz-vous ?


Il en existe au moins un autour de la mondialisation, de la précarité et du chômage. Savez-vous que parmi les jouets que vous avez achetés, huit sur dix sont fabriqués en Chine ? Mais d’où venaient-ils donc auparavant ? Du Jura par exemple, une belle région française qui a vu des dizaines d’entreprises réduire ou cesser leur activité pour cause de mondialisation.


Et même si pour certains, cela semble hors de propos en cette période, un peu de culpabilisation ne fera pas de mal. En effet, ce n’est pas aux « patrons du grand capital » ou à d’insaisissables multinationales qu’il faut reprocher cette évolution. Le consommateur que vous êtes, acheteur de cadeaux de Noël, est seul coupable ou complice.


En choisissant d’acheter au moins cher, en privilégiant la quantité et l’impression d’opulence, au détriment de la provenance, de la qualité et de la compréhension des impacts sociaux, vous êtes responsables et coupables de cette situation. Il est trop facile en effet de s’abriter derrière des arguments fallacieux de méconnaissance ou de contraintes économiques.


En achetant ne serait-ce qu’un ou deux jouets fabriqués en Chine, vous apportez aux salariés chinois un travail et des revenus, mais dans le même temps, juste à côté de chez vous, chaque jouet chinois vendu participe au licenciement économique d’un salarié français.


Alors, que faire ? Tomber dans le protectionnisme exacerbé et fermer les frontières n’est sans doute pas la bonne solution. La mondialisation est là, et il faut compter avec elle. C’est au consommateur de réagir, et d’agir en fonction de ses objectifs personnels.

Si vous n’avez que faire de la montée du chômage dans certaines régions et dans certains secteurs économiques, si vous ne craignez pas que votre emploi soit demain à son tour menacé par le comportement d’autres, continuez à acheter en vous bouchant les oreilles, comme vous le faites aujourd’hui ; ne changez rien !

Si, en revanche, vous acceptez de comprendre que chacun de vos actes a un impact sur une entreprise, sur un emploi, sur la vie d’un de vos concitoyens, alors réfléchissez ! Et si vous regardiez maintenant l’étiquette de la provenance avec autant d’attention que celle du prix...


Pour conclure, et vous faire encore un peu réfléchir sur le sujet, parlons quelques instants des circuits économiques. En effet, en choisissant de payer le prix le plus bas, un produit fabriqué dans un pays éloigné, vous faites quelques économies... apparentes. Mais l’impact sur des entreprises locales et les licenciements qui s’ensuivent sont générateurs à leur tour de charges. Des indemnités de licenciement et de chômage qui se retrouvent indirectement dans l’augmentation de vos cotisations et de vos impôts... L’économie initiale que vous aviez l’impression de faire est vite compensée !

Lire l'article complet, et les commentaires