Les consultations citoyennes : la démocratie participative en pratique ou une démagogie déguisée ?

par Philippe POINSOT
samedi 9 juin 2018

Depuis que le gouvernement Philippe a lancé des chantiers sous forme de consultations citoyennes (alimentation, Union Européenne, retraites), les citoyens ont-ils été in fine écoutés ? On serait tentés de penser, si l'on regarde les textes de lois adoptés, que ce sont plutôt - ou comme d'habitude - des lobbys, des syndicats, des entreprises, des associations qui inspirent les lois. Pour autant, ne doit-on pas participer ?

L'année dernière, j'avais participé au "Projet EELV" pour la présidentielle et la synthèse qui s'en est suivie n'avait tenu compte d'aucune de mes "contributions" : "c'est la règle de la démocratie", me direz-vous, mais je vous invite à aller consulter la page internet pour juger...

Je vous invite encore à relire mon essai "Le Plan C" en guise de base de comparaison concernant ma vision sur l'avenir de l'UE et sur celui des retraites. 

J'ai appris par la radio qu'un "algorithme" avait recensé les réponses de citoyens pour la campagne électorale du "Mouvement Cinq Etoiles" : le résultat est éloquent. 

L'UE a-t-elle raison d'être inquiète de ce mouvement de fond contre l'UE et/ou l'euro qu'est le "national-populisme" ? Le Président E. Macron parle par euphémisme et de parti pris de démocraties "illibérales", les stigmatisant donc par réaction alimentant ce ressentiment : est-ce la bonne stratégie ? J'en doute : il faudra selon moi revenir d'abord à un multilatéralisme européen respectueux, d'égal à égal, donc sans condescendance, sans morale sur la ligne politique de tel ou tel pays mais se concentrer uniquement sur les questions économiques - l'UE s'appelait CEE -, dont le sujet qui fâche : les migrants.

Si certains parlent encore de culture européenne, d'autres de racines chrétiennes, n'oublions pas de relire l'histoire de chacun des membres de l'UE pour enfin mieux se connaître.


Lire l'article complet, et les commentaires