Nol Fleury... Pques Tarnac ?

par E-fred
mercredi 24 décembre 2008

Voilà, la nouvelle vient de tomber. Julien Coupat passera donc, aussi, Noël en prison. Pour Yldune, sa compagne, nous étions déjà fixés sur son sort depuis hier.
Les questions des parents, des avocats et des internautes commencent à se faire de plus en plus pressantes en ce qui concerne la légitimité et le fondement de l’emprisonnement d’Yldune Lévy et de Julien Coupat, traversant même les rives du Rhin.

A quand la fin de la mascarade ?

Nous devrons donc attendre la fin de semaine pour connaître la décision de la cour d’appel de Paris, comme nous le rappelle Steeve Montagne, l’avocat d’Yldune Levy : « Les juges auront ensuite 10 jours pour tenir audience, explique-t-il, mais tout pourrait se régler vendredi, en même temps que pour Julien Coupat. »

L’avocate de Julien, Me Irène Terrel, a précisé que : "Compte tenu de la proximité de l’audience sur le fond, cette décision était malheureusement prévisible"..."J’espère désormais qu’il sortira vendredi. Je ne suis pas du tout pessimiste, Julien Coupat non plus."

Julien Coupat a formellement contesté devant le juge les faits qui lui sont reprochés, a expliqué son avocate en dénonçant à nouveau le recours "à une procédure terroriste dans un simple dossier de dégradations où rien n’est établi".

Gérard Coupat, le père de Julien, a quant à lui des propos plus direct, sur RTL :

"Après cinq semaines d’incarcération, ça suffit cette mascarade ! Je pense que, que ce soit le ministère de la Justice, le parquet, la ministre de l’Intérieur, ils ne veulent pas perdre la face, donc ils continuent leur acharnement, c’est tout"."De toute façon, depuis le début tout ça s’est fait en dehors des lois : que ce soit la présomption d’innocence, qui est la première règle de droit français, ou la détention provisoire qui doit être exceptionnelle, tout cela n’a pas été respecté"..."Ils sont condamnés sans être jugés et ils resteront en prison tant que le ministère de l’Intérieur ou les autres ministères décident qu’il faut les garder".

Michel Levy faisait déjà part de son étonnement sur RTL : "Moi je n’y crois pas"...Michel L. nous fait alors part de son incompréhension concernant cette hypothèse, à savoir qu’Yldune reste en prison parcequ’elle n’a pas été entendue par un juge d’instruction alors que celà fait maintenant 6 semaines qu’elle est à disposition de la justice... Le journaliste Vincent Parizot a lui beaucoup de mal à croire qu’Yldune va rester en prison" pour rien".

Pourquoi seraient-ils en prison ?

Selon les parents d’Yldune sur Rue89 : " En fait, dans les deux papiers présentés au moment de la perquisition, le premier -qui ouvre l’enquête pour les services de police français- est daté du 16 avril. C’est le « kit nord-américain ». Une enquête a été ouverte à partir de cette date. L’autre document daté du 6 juin, il ouvre la possibilité de faire des perquisitions dans le cadre de cette enquête. Le dernier document, celui de l’exécution de la perquisition, est daté de la veille ou du jour même. Tout cela, nous le découvrons le 11 novembre à 6 heures du matin."

Quelques éclairssissements juridique nous sont donnés par Maître Eolas qui nous précise que : "Au stade de l’enquête, ce sont des services de police spécialisés (par exemple la Direction Nationale Anti-Terroriste, DNAT) qui sont saisis. Enfin et surtout, puisqu’il s’agit de votre sécurité, n’est-ce pas, les droits de la défense sont mis au congélateur. La garde à vue peut durer jusqu’à 96 heures, voire 144 heures (oui, 6 jours) en cas de menace imminente (mais une menace non imminente est-elle une menace ?), le gardé à vue n’ayant droit à s’entretenir avec son avocat qu’au bout de la 72e heure. Car c’est connu, rien ne permet mieux de lutter contre le terrorisme que de priver des suspects de leurs droits de la défense, sauf peut être une prison militaire sur un bout d’île occupée."


Selon le JDD : "C’est précisément vers l’Allemagne que l’enquête sur les sabotages des lignes TGV perpétrés dans la nuit du 7 au 8 novembre dernier lorgne actuellement."

"In Frankreich wird über die Haftentlassung von Julien und Yldune spekuliert."
http://tarnac9.noblogs.org/post/2008/12/23/spekulationen-ber-haftentlassung 


Pour aller plus loin :
interview radio le déroulement de l’interpellation à Tarnac :

http://www.liberation.fr/politiques/0601439-anarcho-autonome-une-invention-de-magistrat

http://www.rue89.com/2008/11/12/comment-je-nai-jamais-pu-interviewer-un-autonome

http://www.bakchich.info/article5835.html

http://tarnac9.noblogs.org/ 


Pour une lettre de soutien, le courrier est censuré, ne parlez pas des faits. :

Maison d’arrêt des femmes
Yildune Levy N° 369 772
6, avenue des Peupliers
91700 Fleury Mérogis

Julien COUPAT
N° d’écrou, 290173
42 rue de la santé
75014 PARIS.


Lire l'article complet, et les commentaires