Si ša c’est la France, alors je ne suis plus Franšais

par olivier cabanel
mercredi 18 novembre 2009

Le débat sur l’identité nationale, manœuvre grossière du « Prez », afin de glaner des voix à l’extrême droite, lors des prochaines échéances électorales, amène des évidences.

Quelle est l’identité de la France qui nous est proposée ?

Il y a trois mots sur les frontons de notre république : Liberté, Egalité, Fraternité.

La France est-elle encore une terre de liberté  ?

On peut se poser sérieusement la question lorsqu’on entend Eric Raoult critiquer Marie NDiaye, le dernier prix Goncourt, et la soumettant au devoir de réserve, au seul fait qu’elle ait osé critiquer le gouvernement actuel.

« Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité…Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux » avait elle déclaré lors d’un entretien publié cet été par le magazine « les inrockuptibles » lien

Le ministre de la culture, appelé pour donner son avis, reste très silencieux.

lui d’habitude si bavard...

La France est-elle un pays de liberté lorsqu’on constate la multiplication des radars, des caméras de surveillances ?

Michelle Alliot-Marie a décidé d’en tripler le nombre passant de 20 000 à 60 000 caméras installées. lien

C’est d’autant plus improductif que l’expérience anglaise, avec 1 caméra pour 14 habitants n’aurait permis que de résoudre 3% des délits de rue.

Alors, le projet "Mam" : une caméra pour 1000 habitants ne risque pas d’être plus efficace, et creusera le budget de l’état plus d’un demi-milliard d’euros.

Julien Coupat, mis en prison plus de 6 mois suspecté sans preuve d’avoir voulu saboter une voie ferrée, a dû se demander pendant ces 6 longs mois où était la France pays de la Liberté  ?

Il a fallu trois demandes de remise en liberté pour l’obtenir enfin, le 28 mai dernier, sous condition de payer une caution de 16 000 euros, et de pointer régulièrement dans un commissariat. lien

La France est-elle au moins un pays d’égalité ?

Comme le dit l’INSEE dans son rapport paru récemment, la modification de l’impôt a creusé les inégalités. 8 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté, soit moins de 908 euros par mois, alors qu’en même temps, 133 000 personnes, soit le 1% des salariés à temps complet ont en moyenne un salaire brut de 215 000 euros. lien

L’acceptation de salaires monstrueusement disproportionnés, allant jusqu’à 340 fois le smic pour les plus nantis, sachant pertinemment que cela provoque d’autant de pauvreté d’autre part n’est-elle pas la preuve d’une inégalité flagrante, et scandaleuse ?

Il nous reste la Fraternité.

La France est-elle un état fraternel ? çà reste à prouver. N’est-elle pas plutôt celle de l’égoïsme forcené, basé sur la règle bien connue, que le meilleur gagne, et tant pis pour le perdant ?

N’est-elle pas aussi celle de la trahison ?

Combien sont-ils à ce jour à avoir déserté leur camp, pour quelques carottes présidentielles ?

Est-ce çà le modèle qui nous est proposé ?

N’est-elle pas aussi celle de la lâcheté qu’il y a, à renvoyer dans un pays en guerre, des femmes, des enfants, et des hommes venus trouver refuge ici ?

Si la France est devenue le pays ou la délation est organisée, encouragée par en particulier Eric Besson, et d’autres, comment peut-on s’identifier à cette France là ? lien

Est-ce compatible de défendre les valeurs de la France et de s’exiler physiquement, uniquement pour mettre à l’abri son patrimoine, tout en acceptant de faire dépenser à l’Etat 1,9 million d’euros pour son concert « gratuit » à Paris, un certain 14 juillet ?

C’est pourtant ce qu’à fait Johnny Hallyday, empochant sans scrupules le pactole que son ami Sarkozy lui avait offert, en piochant dans nos poches déjà vides. lien

Et il n’est pas un exemple isolé.

Les listes noires des paradis fiscaux, devenues grises, en attendant d’être blanchies, comme l’argent qui y est planqué peuvent changer de couleur mais pas de statut. L’un d’eux est en plein cœur de l’Europe, ce sont les Ports Francs, à Genève. lien

Pour ceux qui auraient raté «  pièce à conviction » sur FR3 le 16 novembre voici le lien pour revoir l’émission sur ce thème.

Si c’est la France que l’on nous propose, alors je ne suis pas français, je suis citoyen du monde, un monde différent dont les frontières seront autres, celle qui partage d’autres valeurs :

Des valeurs solidaires, démocrates, républicaines, libertaires, égalitaires.

Définitivement.

Les frontières sont génératrices de guerres qui font ériger des murs, lesquels finissent toujours par tomber.

Déjà la résistance s’organise.  Lien

Comme disait un vieil ami africain :

« Se croire plus intelligent que son ami, c’est compromettre l’amitié ».


Lire l'article complet, et les commentaires