Cannibalisme entre agences de notation

par Constant Pourpier
vendredi 6 août 2010

Cannibalisme : une pratique visant à consommer un individu de sa propre espèce. Définition qui s’étend désormais aux agences de notation.

Faut-il classer cette information dans la rubrique crise financière ou dans la rubrique humour ? J’ai longtemps hésité. Quoiqu’il en soit, Standard & Poor’s dégrade la note de Moody’s, c’est à dire qu’une agence de notation dégrade la note d’une autre agence de notation, comme vous pouvez le vérifiez chez Reuters.

Moody’s se retrouve donc avec un BBB+ alors qu’elle bénéficiait jusque là d’un A-2. C’est mauvais, mais ça reste trois niveaux au dessus de "déchet" (junk). S&P précise que le profil de risque de Moody’s reste "satisfaisant". On ne sait jamais, des fois que ça leur retombe dessus.

Cette décision de dégrader la note de Moody’s fait suite à la validation de la réforme financière américaine par le Congrès US. Cette réforme pourrait selon S&P "augmenter les coûts opérationnels et réduire la profitabilité" de Moody’s.

Pour rappel, les trois principales sociétés de notation financière sont Fitch Ratings, Moody’s et Standard & Poor’s. Ce à quoi il faut rajouter la récente agence de notation chinoise, nouvelle venue dans ce monde de cannibales.

On avait plutôt coutume de voir Moody’s abaisser les notes, souvenez-vous : Moody’s abaisse la note de l’Irlande, Moody’s abaisse la note grecque, Moody’s abaisse la note du Portugal... La prochaine question qui nous taraude, est-ce que Moody’s va abaisser son pantalon ?

Nous attendons en effet de voir si Moody’s compte boucler la boucle, et abaisser la note de S&P. Qui a dit que l’information financière était ennuyeuse ?

Pourpier de Filefi.com

Illustration : Leonhard Kern (1588–1662) : Menschenfresserin (femme cannibale), photo domaine public.


Lire l'article complet, et les commentaires