Chronique d’un Úveil citoyen – Episode 4 : Un lobby parmi les lobbies

par Alban Dousset
mardi 10 juin 2014

Résumé des épisodes précédents : La découverte des faces cachées de l’affaire Dieudonné, du sionisme, du 11 septembre, de l’Union Européenne bouleverse ma conception naïve de la politique et de la géopolitique. En réalité, ces sujets d’actualité ne semblent être que les symptômes de l’influence de deux lobbies : le lobby israélien/ultra-sioniste et le lobby américain. A cet instant, je m’interroge : Comment fonctionne le lobbying ? Existe-t-il d’autres lobbies ? Existe-t-il un lobby dominant ?

Le fonctionnement des lobbies

Pour atteindre et influencer le pouvoir politique, on peut s’appuyer sur deux types de lobbying.

  1. Le lobbying communautaire.

Le lobbying communautaire se manifeste par l’influence d’une communauté vis-à-vis des sphères de pouvoir (privées ou publiques). Dans le cas de l’affaire Dieudonné et du sionisme, c’est essentiellement ce type de lobbying qui était à l’œuvre. Cette dernière est clairement identifiée par Jacob Cohen lorsqu’il parle des Sayanim :

http://www.youtube.com/watch?v=79Ab1oBCRYk

  1. Le lobbying public.

Le lobbying public réside principalement dans les médias « verticaux/descendants » (télévision, presse, radio, certains sites internet relais de l’information/pensée officielle) et dans le système éducatif.

Dans le cas du lobbying public, le nerf de la guerre (d’influence) est l’argent. Un documentaire intitulé « Les nouveaux chiens de garde », relativement populaire dans les milieux dissidents, en fait la démonstration :

http://www.youtube.com/watch?v=0FW4Ealqx2Q

Un autre documentaire, un peu moins relayé, détaille les stratégies de communication :

Partie 1 : http://www.youtube.com/watch?v=JFuilpt4EZQ

Partie 2 : http://www.youtube.com/watch?v=Z1ttPvwSNi0

Comme le démontre « Les nouveaux chiens de garde », en France, les médias « verticaux/descendants » sont tenus par les pouvoirs publics ou de grands groupes privés.

Par ailleurs, lorsque la libéralisation de l’information pose des difficultés à la propagande officielle, les stratégies de manipulation mises en œuvre sont connues : http://lesmoutonsenrages.fr/nous-sommes-manipules/les-techniques-de-manipulation-des-masses-2/

De plus, lorsque des personnalités dissidentes s’apprêtent à livrer une critique trop incisive du système économique dans un média mainstream, on peut toujours recourir à de discrètes menaces de mort en direct en déplaçant un index le long de sa jugulaire : http://www.youtube.com/watch?v=zOpaABWaeLo

Enfin, on doit observer que l’action des lobbies « communautaires » est généralement combinée avec l’action des lobbies « publics ». D’une certaine manière, les lobbies « public » sont réduits à des outils pour les lobbies « communautaire ».

Lobby et stratégie politique.

L’affaire Dieudonné est particulièrement intéressante car elle est l’expression d’un point de friction entre une morale « libertaire » et une morale « antiraciste » (dans le cas présent « anti-antisémite ») que la gauche prétendait incarner simultanément.

La morale « libertaire » était issue du mouvement de mai 1968 qui s’était opposé à une droite autoritaire et catholique, c’est-à-dire prétendument liberticide. Comme le souligne François Asselineau dans sa conférence « Qui gouverne la France et l’Europe », de nombreux éléments conduisent à penser que les mouvements de mai 68 ont été stimulés par les américains*.

*(Cf à partir de la minute 54 : http://www.youtube.com/watch?v=SWKBp32IFmk&list=PLKVgrNogVYWK41wLTn8MUD_UO6n1V64RC&index=2 )

La morale « antiraciste » est héritée de la marche des beurs, de sa récupération par Miterrand avec SOS racisme et la stimulation du FN. Du point de vue médiatique, le FN est l’expression politique de la xénophobie et se situe à l’extrême droite.

Ainsi, l’interdiction de Dieudonné provoque une terrible fracture au cœur de cette morale mixte (libertaire et antiraciste), affiliée politiquement à la gauche française. On peut parler ici de double incohérence :

Première incohérence : Par cette interdiction, la gauche renie fortement sa fibre « libertaire » en contrevenant à 80ans de jurisprudence sur la liberté d’expression par un jugement en référé prit par le conseil d’Etat en quelques heures.

Seconde incohérence : Par cette interdiction, la gauche prétend combattre le « racisme et l’antisémitisme » d’un humoriste métis tandis que les dérapages racistes de toute la classe politique sont largement tolérés.

Je m’avance probablement, mais cette maladresse continuera d’infuser dans la société française jusqu’à une inévitable explosion de la classe politique.

Le lobby dominant

Le lobby qui se manifeste par l’action des banques et des multinationales semble dominer les autres. En langage populaire, on peut qualifier ce groupe d’influence de « lobby financier » mais pour les lecteurs de Karl Marx on pourrait le qualifier de « Capital ».

Les raisons qui me conduisent à penser que ce « lobby financier » est le lobby dominant seront développer dans le prochain épisode de cet « éveil citoyen ». Avant d’entreprendre cette démonstration, il est nécessaire de comprendre ce qu’est l’argent moderne. Le documentaire de Paul Grignon permet de mieux cerner ce qu’est « l’argent dette » :

Version courte : http://www.youtube.com/watch?v=kgA2-bWXSN4

Version longue : http://www.youtube.com/watch?v=YMOFBioFNvc

Un second documentaire intitulé « Dette, crise, chômage : qui crée l'argent ? » reprend également ces notions : http://www.youtube.com/watch?v=syAkdb_TDyo#t=412

Pour comprendre l’influence du lobby financier (c’est-à-dire le Capital) sur le monde, il est nécessaire de confronter votre conception du monde économique et financier (généralement hérité de l’idéologie dominante) avec le point de vue de certains analystes financier et macroéconomique :

Je commence avec l’analyse d’Olivier Berruyer dont je vous recommande le blog (http://www.les-crises.fr/) et le livre « Les faits sont têtus ». Une interview pertinente sur la fin d’un monde : https://www.youtube.com/watch?v=3GcufoPxOPA

En duo avec Jacques Sapir : https://www.youtube.com/watch?v=AQtfq65I1KA

On peut également ajouter les analyses de Frédéric Lordon (vu dans les nouveaux chiens de garde) sur la prise en otage par les banques : http://www.youtube.com/watch?v=QRCRiGiCCxo ou sur l’hypothèse d’un défaut sur la dette publique : http://www.youtube.com/watch?v=Ds85pZcUiys

D’autres analyses macroéconomiques méritent également que l’on s’y intéresse :

Au bout de ces analyses économiques, le documentaire « Reconstitution, pour une nouvelle ère politique » (dont je recommande la version longue) me renvoie vers une problèmatique d’ordre politique :

Version courte : https://www.youtube.com/watch?v=iV87QvLhbuk

Version longue : https://www.youtube.com/watch?v=dMC_MpGE0dw

C’est ici que vous arrivez au point culminant de cet « éveil citoyen » avec la (re)découverte de la démocratie et les nombreuses vidéos d’Etienne Chouard :

C’est donc par les interventions d’Etienne Chouard que je redécouvrais le sens du mot « démocratie ». A la lumière d’internet, je redécouvrais donc la réalité économique, financière et le sens du mot démocratie (après une mesquine déformation par le système éducatif et médiatique). Ma joie se matérialisait par des publications intempestives sur mon mur Facebook dont le principal effet ne fut pas une joie partagée mais, tout au contraire, un rejet et de l’inquiétude qui m’amena à me justifier auprès d’un ami qui s’en inquiétait ouvertement :

« La plus part de tes propos sont très justes et ils me conduisent à une réponse assez complète. Tu dis que tu m’as connu très « social-démocrate » et, au risque de te surprendre, je le suis toujours.

Je dirais même que je suis socialiste + démocrate + libéral. Mais la différence, maintenant, c’est que je sais ce que signifient ces mots qui ne sont pour toi (comme pour moi, il y a seulement 4 mois) que des étiquettes de l’échiquier politique. Par exemple, lorsque je dis que je suis démocrate, cela signifie que je supporte, que j’encourage, la démocratie. Or, lorsque je dis que nous ne sommes pas en démocratie, je pèse mes mots. Une démocratie « représentative » n’est pas une démocratie mais une aristocratie. Je m’explique, aristocratie vient du grec, aristos « meilleur - excellent » et kratos « pouvoir » tandis que démocratie vient de dêmos « peuple » et kratos « pouvoir ». Or, lorsque tu votes lors d’une élection, tu désignes les « meilleurs » pour le « pouvoir ». Notre régime n’est donc pas une démocratie mais une aristocratie, le terme « démocratie représentative » est un barbarisme conçu pour nous éloigner de la vérité, de la réalité (qui serait plus une « aristocratie élective » et plus exactement encore une « ploutocratie  »).

Tu dis que ma désillusion est grande… c’est bien pire, elle est abyssale. Mais elle n’a rien à voir avec la politique réalisée par rapport à mes « attentes initiales ». Pour être honnête, sans la brèche de l’affaire Dieudonné, je trépignerais toujours devant « C dans l’air » en me demandant pourquoi Hollande ne fait pas ces fichues réformes pour améliorer notre économie et pourquoi il ne se lance pas à cœur perdu dans le fédéralisme européens… comme un « parfait » mouton. Je soupirerais en me demandant pourquoi il y a autant de réactionnaires qui s’opposent à la construction Européenne, je fustigerais les syndicats qui bloquent tout dès la moindre réforme sur les retraites, le chômage ou la flexibilité du travail…. comme un parfait mouton.

En réalité, ma désillusion est beaucoup plus profonde. Cette désillusion est issue de l’immense mensonge que l’on nous raconte dès notre éducation, lors de nos études, puis dans les médias et la politique. »


Lire l'article complet, et les commentaires