Condamnation pour copie : Naf Naf ne trouve pas cela « Marant »

par anna
mardi 22 juillet 2008

Naf Naf copie une « petite robe noire » et doit verser 75 000 euros à Isabel Marant

La célèbre chaîne de prêt-à-porter Naf Naf et l’un de ses fournisseurs, Paris Paris, ont été condamnés par le Tribunal de grande instance de Paris à verser 75 000 euros de dommages et intérêts à la créatrice Isabel Marant. L’objet du délit ? Une « petite robe noire » du défilé de février 2006 de la créatrice a été copiée par Naf Naf pour sa collection hiver 2006/2007. Malgré « de légères différences », les magistrats de la 3e chambre civile ont estimé que les 301 robes chasuble à manches ballon commercialisées par Naf Naf constituaient bien une imitation de la petite robe noire d’Isabel Marant.



Copier la petite robe noire pour profiter du succès d’Isabel Marant

Ex- mannequin et ancienne directrice de l’agence Elite, Isabel Marant a créé ses premiers vêtements à l’âge de 15 ans. Aujourd’hui, elle est une créatrice de mode reconnue. Elle a reçu plusieurs prix récompensant son talent. En 1997, on lui décerne l’Award de la mode de la meilleure créatrice de l’année. L’année suivante, elle obtient le Trophée de la femme en or de l’année, dans le domaine de la mode. La petite robe noire copiée par Naf Naf était mise en vente par Isabel Marant au prix de 250 euros alors que la chaîne de prêt-à-porter la proposait à 69,90 euros. Le tribunal y a vu une recherche de profit de la chaîne de vêtements pour femme en copiant une petite robe noire donc le succès est reconnu. Le tribunal a conclu le procès en ces termes : « La commercialisation par les sociétés Naf Naf Boutiques et Paris Paris d’une copie servile du modèle créé par Isabel Marant, dont la notoriété en tant que styliste est démontrée, au cours de la même saison et à un prix inférieur (69,90 euros au lieu de 250 euros) traduit la volonté délibérée de ces dernières de se placer dans le sillage de la société Isabel Marant Diffusion pour tirer profit, sans bourse délier, des investissements qu’elle a réalisés  ».

Une recherche de profit qui s’est, au final, retournée contre la chaîne de prêt-à-porter. Naf Naf a été condamnée à verser 75 000 euros à Iasbel Marant, soit une somme largement supérieure aux bénéfices qu’a pu faire la chaîne en vendant les 301 petites robes noires.


Lire l'article complet, et les commentaires