Contrefaçon : du foie gras Périgord… chinois !

par zenko08
jeudi 25 mars 2010

 

La Chine avance sur notre foie gras ! Depuis quelques années on assiste au pillage des anciens savoir-faire de nos terroirs. Et le foie gras en fait partie.

Bien que “protégé” depuis l’an 2000 à travers le label IGP (Indication Géographique Protégée), il semble qu’une entreprise taïwanaise fabrique un produit dit foie gras sous marque « Pehigord » sous les registres mais sous marque « Périgord » sur le label de la boîte de conserve !!! Vous n’avez qu’à aller jeter un coup d’œil… Il paraît que nos amis américains s’en sont rendus compte et ont fait virer l’offre du site américain B2B « Made in china » qui contenait la demande d’importateurs (vers le monde entier, y compris l’Europe !). Qui sait où ce foie gras est passé…


Pourquoi le foie gras français est unique 

Parce que l’on l’aime tel qu’il est, avec son goût et ses caractéristiques distinctives du savoir-faire ancestral ! Et c’est grâce à l‘initiative des producteurs et l’appui du gouvernement français, que des homologations des produits du terroir ont été mises en place afin de garantir les strictes normes et de qualité et sanitaires qui le rendent unique.

Ainsi, notre foie gras est reconnu Label Rouge + IGP. Ces homologations certifient non seulement l’origine mais la haute qualité des produits et de l’élaboration, ainsi que des conditions spécifiques d’élevage, résultat du savoir-faire de nos terroirs.

Le Label Rouge, homologué par l’INAO, atteste qu’un produit possède un niveau de qualité supérieure à celle d’un produit courant similaire, à toutes les étapes de la production et de l’élaboration. Les volailles Label Rouge ont une origine régionale bien limitée, pouvant être indiquée sur l’étiquette et sont obligatoirement fermières « élevées en plein air ou en liberté ». Aujourd’hui il existe en France environ 500 produits sous label rouge pour un chiffre d’affaires à la production de 1,4 milliards d’euros.

Les liens entre le label rouge et l’IGP européen. Pour renforcer ces traditions fermières régionales, les volailles fermières Label Rouge sont majoritairement identifiées par une IGP déposée et protégée au niveau européen. Actuellement, il existe 31 IGP en volailles. Elles apportent une proximité et une garantie d’origine rassurantes pour les convives mais aussi des saveurs spécifiques en fonction des terroirs.

Les essais de protection

La validation des IGP par l’OMC en 2005. Suite à la demande de l’UE et rejetant les arguments des États-Unis et de l’Australie, l’OMC a considéré que le système communautaire de protection des « indications géographiques » était fondamentalement compatible avec les règles de l’OMC, y compris les exigences de l’accord ADPIC. L’OMC a confirmé en particulier que les IGP peuvent coexister avec des marques de commerce existantes. La décision entérine les droits des titulaires des quelques 700 IGP européennes, y compris le foie gras.

L’espace légal pour la commercialisation de produits étrangers.

Même si la loi d’orientation agricole de 2005 appuie la stratégie de défense de la production du foie gras français tant au plan national que communautaire, elle ne vise qu’à la sauvegarde de l’activité en tant que telle face aux détracteurs de la technique du gavage.

L’ année où le foie gras était reconnu par l’Europe comme étant IGP, la France émettait un Décret (n°2000-1245 du 21 décembre 2000 - art. 1 JORF 22 décembre 2000) sur la production et l’appellation du foie gras : entier, bloc, truffe, parfait, mousse, galantine…

Curieusement, ce décret autorise la commercialisation de préparations à base de foie gras légalement fabriquées ou commercialisées et conformes aux usages loyaux dans les autres Etats membres de l’Union européenne et les pays signataires de l’accord sur l’Espace économique européen sans exiger une origine géographique particulière.


L’appât du gain combiné au vide juridique a laissé place au pillage des techniques et des savoir-faire des terroirs européens : ce n’est plus une menace mais un constat. 

Ça se passe avec le jambon de Jabugo espagnol, avec le gorgonzola italien, les vins français d’AOC. Non seulement on risque de voir dans nos caddies des produits de basse qualité mais on risque aussi de perdre notre patrimoine gastronomique et des emplois… C’est lamentable !

Photo. La preuve de la contrefaçon.

Lien : http://209.85.135.132/search?q=cache:TN2HPa0LtAUJ:wap.made-in-china.com/showroom.do%3Fxcase%3DprodDetail%26comId%3DVeXnIdBZrYRL%26prodId%3DneYQCUzoORrj+%22Da+Hsin+Food+Enterprise%22&cd=4&hl=es&ct=clnk&client=safari


Lire l'article complet, et les commentaires