Cours des matières premières : les pays producteurs se frottent les mains

par Williams KABBY
lundi 14 juillet 2008

Apocalyptique est l’envolée vertigineuse des cours des produits de base que l’économie mondiale accuse ces jours. La hausse des cours fait l’affaire des pays producteurs qui se frottent les mains en disant que la clôche a enfin sonné pour nous recompenser de nos matières premières longtemps spoliées par l’Europe, la vieille dame, et l’Amérique, le nouveau monde.

L’Europe, précisement l’Europe dite des pays développés et les Etats Unis sont en grande partie les grands consommateurs des matières premières d’origine minérale ou forestière dans le monde.

Les matières premières dans le monde

Les pays européens très industrialisés n’ont presque plus de réserves considérables en matières premières. Disposant des industries lourdes et légères ainsi que de la technologie, ils doivent parcourir des milliers de kilomètres et signer des accords de partenariat, de prospection des sous-sols des pays non nantis d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine pour s’approvisionner en matières premières dont leurs industries ont besoin pour tourner. Ces matières premières se comptent par dizaine voire centaine : uranium, cuivre, manganèse, cobalt, nickel, plomb, coltan, or, diamant, plutonium, bois, pétrole, coton, blé, etc. Leurs réserves sont inéquitablement réparties dans le sous-sol des continents de la planète.


L’Afrique regorge d’énormes quantités de ces matières premières. Par exemple la RD Congo a : l’uranium, le cuivre, l’or, le nickel, le diamant, le cobalt, le manganèse, le zinc, le fer, le bois, le plutonium, le coltan ; l’Afrique du sud : l’or ; l’Angola : le diamant, le pétrole, le posson ; le Sirra leone : le diamant : ; le Nigeria : le pétrole, le bauxite : la Zambie : le cuivre ; le Sénégal : le phosphate ; la Mauritanie : le fer ; le Niger : l’uranium ; le Cameroun : le bois, le pétrole, le Tchad : le pétrole, etc.

Ces pays d’Afrique sont classés des pays moins avancés (PMA) ou encore sous développés dans les grandes instances. Paradoxalement, ces pays plus riches en matières premières sont les plus pauvres de la planète et sont plus peuplés à l’image du Nigeria qui compte plus de 100 millions d’habitants et de la RD Congo qui dispose de plus de 50 millions d’âmes.

La main invisible qui préside à la régulation des mécanismes économiques semble tourner le dos au vieux continent l’Europe et les Etats-Unis accusés toujours de diktat dans la fixation unilatérale des cours des matières premières sur les bourses de commerce. Que cela soit au Royaume Uni ou aux Etats Unis. Les pays producteurs sont victimes de l’arbitraire des consommateurs de leurs marchandises. La crise qui sévit actuellement est la montée des cours des matières premières. Cet état des choses est provoqué par la demande additionnelle résultant de nouveaux consomateurs.

Les nouveaux consommateurs : la Chine, l’Inde et le Brésil

Les nouveaux partenaires commerciaux de l’Afrique sont la Chine et l’Inde et dans une moindre mesure le Brésil et d’autres nouveaux pays émergents qui montent en puissance. Pour entretenir leur croissance, ils sont obligés de consommer beaucoup de matières prmeières. La demande explose. Depuis 2002, la Chine considérée comme le premier atelier du monde a triplé sa consommation de nickel, multiplié par sept ses importations de minerai de fer, quintuplé ses achats de coton à l’étranger. L’inde dont la population est passée de 500 millions d’habitants, il y a une vingtaine d’années, à plus de 1,1 milliard a tablé sur un taux de croissance de 10 % d’ici à l’horizon 2011. Ce qui est donc la preuve par neuf de justifier la demande galopante de toute matière première que son industrie voudrait absorber . Ce qui parâit de bonne augure la justification de la flambée des cours des matières premières.

La flambée des cours des matières premières

Le cas de la Chine est particulier. Sa demande accrue est en raison la construction des sites nouveaux (pans des nouvelles villes) devant abriter les jeux olympiques. L’Inde et les nouveaux pays émergents à travers le monde entretiennent aussi l’envolée des prix des produits de base fouettés par le virus du dévlopement.

Alors quelles pistes de solutions faut-il envisager pour soirtir de ce marasme des prix ? Il est difficile de trouver du tic au tac des solutions idoines. De lourds investissements sont réalisés pour produire de l’éthanol afin de remplacer dans certains usages le pétrole. Des automobiles aujourd’hui fonctionnant au moyen du courant électrique soortent des ateliers en Europe. Des tentatives des solutions qui ne s’accomodent pas. Alors si la guerre froide est terminée, laguerre économique ne fait que commencer entre les pays producteurs des matières premières et ceux qui en sont les consommateurs.


Lire l'article complet, et les commentaires