Crise économique : une opportunité unique pour les citoyens

par Torpedo
lundi 1er décembre 2008

Cette crise profonde et durable offre des opportunités inédites aux citoyens du monde entier. Sauront-ils saisir ces opportunités ?

A l’heure où l’on approvisionne en millios d’euros et de dollars un système corrompu et inadapté pour tenter de sauver le système économique actuel qui ne conviens plus à personne sauf à quelques nantis peu nombreux sur terre. Aucun gouvernement n’a encore tenté d’attaquer les problemes aux racines. Le placebo que sont les milliards promis à l’économie va précipiter nos investissements dans un gouffre : le même que celui qui ingurgitera notre économie. Alors, de quelles opportunités s’agit-il...

Une relecture des articles diffusés cette année par la presse sur les sites internet me fait sourire. Les experts interviewés ne sont en fait que des pantins manipulés comme nous le sommes tous. Ils ont des connaissances approfondies sur les rouages de la finance, mais comme des ânes n’ont pas une vision large de ce qui se passe depuis des années ! Ils ne sont pas plus experts que celui qui passe ses soirées sur la toile, passant d’un site d’information à l’autre, d’un blog à un autre et assemble par petits morceaux le puzzle de ce qui semble bien être la mère de toute les crises, comme on peut le lire sur certains sites qui jouent les Cassandre.

Mais trève de moquerie. Laissons place a une autre analyse. Et si cette crise constituait une opportunité rare de mettre au pas les banquiers, assureurs et autres organismes avides de nos économies ? Pourquoi ne pas s’offrir ce rare privilège de rabattre le caquet de ceux qui nous ont promenés comme des caniches depuis tant d’années, nous faisans plier à leurs conditions sans aucun moyen de recours ? Rappelez-vous du contact que vous avez avec votre banquier lorsque vous faites un malheureux découvert, où que vous vous mettez en quête d’argent pour réaliser un projet ? Ils nous tiennent dans leur main. Mais au final, aujourd’hui, c’est nous qui les tenons dans notre pogne ! Allez à votre banque et demandez quels sont les délais pour clôturer votre compte épargne et pour un retrait du montant total de vos économies en liquide. Pour la grande majorité des français de la classe moyenne, cela représente des années d’économies et des sommes parfois rondelettes. Et si nous retournions au temps de nos ancêtres qui cachaient toutes leurs économies sous le matelas ?
Quelle panique !

Pourquoi ferions nous cela ? La raison est simple : où placer son argent aujourd’hui avec la garantie totale de ne pas le voir s’évaporer à l’autre bout de la Terre au jeu de casino des financiers mondiaux, bien peu scrupuleux à notre égard. Faites le test. Appelez comme je l’ai fait n’importe quelle mutuelle, assurance, ou banque qui vend un produit d’assurance retraite. Et posez leur quelques questions hors des sentiers battus.

J’ai fait le test récemment auprès d’une mutuelle épargne pour les anciens combattants. Leurs produits sont parmi les plus alléchants qui soit sur le marché. Un rendement moyen garanti (à voir) et majoré par l’état, dont les versements sont en partie déductibles des impôts. Bref, on n’y accède que lorsqu’on possède le titre de reconnaissance de la nation ou la carte du combattant. Ce qui en fait un club plutôt fermé.

Ma première question est de savoir où est investi l’argent que je vais leur confier. L’aimable dame me rassure par son discours stéréotypé sur la sécurité et les garanties de ce produit. Ok, mais où est investi l’argent ? On va se renseigner... On me rappelle quelques minutes plus tard. Une autre aimable dame m’informe plus précisément : 72 % en obligations, 14 % en Sicav, 12 % en Immobilier. Il manque 2%. Peut-être leur commission ? Quand je demande quelles obligations (leur nom), quelles sicav (leur nom), la dame me répond qu’il y en a beaucoup et que c’est confidentiel. Il lui faut l’autorisation de son directeur pour me communiquer cette information. Et surtout il faut que je sois client pour pouvoir accéder à cette information.

Bon... Bon... Résumons : je dois d’abord souscrire un contrat et verser mes économies dans un produit dont je ne sais pas où l’argent va être investi. Il faut en plus que je fasse une demande explicite au directeur pour avoir une idée un peu plus précise de ce qu’ils font avec mon et notre argent ? Et encore, comme ça change tout le temps, il est peu probable que l’on me renseigne sur la politique “confidentielle” d’investissement de cette entreprise !

Ma réponse reptilienne, abrupte, brutale a été de déclarer : si je ne sais pas ce que vous faites avec mon argent, comment voulez-vous que je vous le confie !


C’est un peu basique, terre à terre, genre vieux bouseux. Mais j’assume. On a tous dans l’esprit l’image d’un vieux grand-père qui se fout de notre gueule et nous dit : “Qu’est ce qu’ta besoin de donner tes sous à ces voleurs ! Hein ! Tu seras ben emmerdé quand y t’auront tout piqué et qu’tu seras comme un con avec pu rien dans les poches !”

“Mais on ne peut pas informer tout le monde à chaque fois que l’on change nos secteurs d’investissement ! Vous vous rendez-compte, ça change tout le temps !” ajoute la dame.

Mais Madame, je reçois déjà plusieurs fois par an vos publicités, alors quitte à m’envoyer quelque chose, autant que cela soit utile !

Le dialogue de sourd s’installe. L’entretien tourne en règlement de compte de mon côté et en impossibilité d’action de l’autre.

Le bilan : je n’ai pas envie de souscrire quoi que ce soit dans quelque organisme que ce soit. Je n’ai plus confiance. Il faut que le secteur financier change et s’adapte à notre volonté.

Je recherche un placement sûr qui me permette de réaliser quelques projets pour ma retraite. Je veux que cet argent soit investi en France pour développer l’économie de mon pays. Je veux être informé des choix faits par ceux qui utilisent mon argent. Je veux pouvoir choisir moi-même sur quoi j’investis mon argent. Je veux que mon argent soit plus une force d’investissement pour mon futur et celui de mes enfants que pour celui des retraités américains en Floride, ou je ne sais quelle autre cause loin de chez moi.

Qui a ce qui correpond à ma demande ?

Pour faire bouger les choses, il faut menacer de retirer votre argent du système. Il est temps pour tous de faire un courrier à votre directeur de banque, d’assurance ou de mutuelle pour lui faire connaître votre volonté. Ils doivent adapter leurs produits à nos désirs. C’est une occasion unique. Prenez vos plumes et construisez l’avenir vous même. N’abandonnez pas votre avenir à ceux qui s’en moquent. C’est plus facile à faire et ça changera le monde bien plus radicalement qu’un vote lors d’une élection.

Torpedo

Les lectures de Torpedo sur internet pour cet article :

Les experts anonymes qui ont prévus la crise actuelle depuis mars 2006 !

http://leap2020.eu/

Sommaire des précédents bulletins du LEAP2020

http://leap2020.eu/Sommaires-des-precedents-numeros_r40.html?start_liste=15&paa=2



Lire l'article complet, et les commentaires