Déconfinement et reprise économique

par Zaouder Touré
samedi 2 mai 2020

Nous nous approchons de la fin du confinement dans la plupart des pays. Le passage du Covid-19 marquera profondément l'Histoire du fait que, pour la première fois, toute l'économie mondiale s'est mise simultanément en mode "off" pour les activités non essentielles.

Au départ, les bourses mondiales ont paniqué et il y eut un Krach éclair, le CAC40 a chuté sur un mois de -38,56% du 19 février au 18 mars, le SP500 américain a chuté sur un mois de -33,92%, le Nikkei japonais sur la même période a chuté de -29,26%. Le cours du pétrole s'est effondré passant de 60$ le baril à 19$ aujourd'hui. Avec l'arrêt économique, la consommation mondiale de pétrole a lourdement chuté et le secteur s'est retrouvé en très forte surproduction d'où l'effondrement des prix.

Mais une fois la panique passée, les bourses ont fait des gains rapides le CAC40 +21,77% du 18 Mars au 30 Avril, le SP500 +30,17%, le Nikkei + 18,53%, etc. Sur une période de deux mois, on ne peut même plus parler de Krach par exemple le Nasdaq 100 américain est à seulement -7,38% de son précédent record. Tout semble indiquer que d'ici l'automne les bourses auront retrouvé leur niveau d'avant la panique Covid-19.

Sur le plan macro-économique, évidemment avec l'arrêt économique, on a des récessions dans toutes les grandes économies au premier trimestre. Car la récession est le nom économique du confinement de même que le chômage partiel est l'expression economique de l'individu confiné bref le confinement n'est rien d'autre que la récession en langage économique.

Donc la récession est socialement voulue et positivement recherchée autrement dit le confinement est voulu et recherché par... la majorité de la population (salariés ou chômeurs). Pourquoi ? Parce que cette majorité (mettons 99%) a la capacité de vivre en mode "hibernation" (consommation minimale nécessaire) sur une courte période (autour de deux mois) pour enrayer la crise sanitaire. 

L'autre 1% se trouve dans les pays où le capitalisme-salariat est peu développé et où par conséquent le mouvement des chômeurs est historiquement moins puissant. Dans ces pays les chômeurs et précaires sont socialement moins protégés. En Occident, il faut faire un bond en arrière au XIXe siècle pour trouver des ouvriers sans travail mourrant d'inanition. 

Sur le plan politique, il est illusoire de penser que la récession due au Covid-19 peut motiver la population à une révolution des rapports sociaux capitalistes-salariaux. Il est vrai que cette révolution est salutaire mais ce que nos révolutionnaires agités ne voient pas ou ne veulent pas comprendre c'est que nous sommes en lutte de superclasses, tant que les chômeurs sont minoritaires noyés dans une majorité de salariés, la conscience communiste ne peut être majoritaire dans la population mais la généralisation de cette conscience communiste est tout aussi inévitable que la généralisation des chômeurs au sein de la population active et cela probablement autour de 2050.

Avec le déconfinement au cours de ce mois, la reprise économique va se faire progressivement et atteindra probablement son niveau quantitatif d'avant Covid-19 avant fin 2020. Le taux de chômage va baisser pour retrouver son niveau de fin 2019, etc.

Mais nous savons qu'en 2019 l'économie mondiale était déjà en crise surtout pour les biens industriels (automobile, habillements, smartphones, etc.) donc après un rapide rattrapage plus ou moins long, l'économie va ralentir et, fatalement sur le long terme, entrer en déclin. 


Lire l'article complet, et les commentaires