Ecomouv ou le symbole de la privatisation de l’état

par taktak
jeudi 7 novembre 2013

Aujourd’hui, ils sont nombreux ces gribouilles – qui hier votaient le PPP scandaleux d’Ecomouv (UMP et PS ) puis ses décrets d’applications (UMP) et n’ont rien remis en cause de sa mise en œuvre (PS) – qui poussent des cris d’orfraies devant l’évidence du scandale de ce pillage organisé, digne des fermiers généraux de l’ancien régime.

Mais il ne s’agit pas d’un fait isolé et il faut revenir sur la mise en coupe réglée qui a frappé les services publics de l’Équipement ces dernières années.

Le réseau routier est dans les faits désormais largement privatisé :

Nos concitoyens ne peuvent d’ailleurs que constater la dégradation du service : les coupes sombres dans les budgets d’entretien se traduisant logiquement par des nids de poules, difficultés dans le déneigement, signalisation routières et équipements dégradés, ou suppression de l’éclairage sur le réseau routier national ou départemental… Dans le même temps, les tarifs des péages explosent alors que l’on peut maintenant traverser la France soit croiser un seul péagers.

Sous prétexte de Grenelle de l’environnement masquant mal le plan social de la RGPP, il faut rappeler que les effectifs du MEDDE (ex ministère de l’Equipement) sont passés en quelques années de 90 000 agents à un peu plus de 30 000…. Un des plus grands plan social de ces dernières années qui ne dit pas son nom. L’externalisation des voies navigables et des services d’ingénierie (qui ont largement contribuer à faire de la France un des leaders mondial des transports et du BTP) par la création d’établissements publics (VNF et Cerema) voulus par l’UMP a été entérinée tel que par la droite (PS)

Cette politique a été réalisée sous la contrainte des directives européennes obligeant à la mise en concurrence de ces activités de l’état. L’ingénierie publique, la maitrise d’œuvre et d’ouvrage publique des routes, l’assistance aux collectivités locales sont autant de missions qui ont du être libéralisées et données en pâture aux marchés privés sous la main de fer de l’UE capitaliste. Réussissant à provoquer l’émoi de l’association des maires de france (AMF) devant se débrouiller maintenant seul face aux majors du BTP et à des bureaux d’études privés plus intéressés au profits qu’à l’efficacité du service rendu.

Alors bien sûr cela s’est traduit par l’abandon de pan entiers des missions de services publics. Tel l’urbanisme – et Duflot vient de confirmer que les toutes petites communes devront maintenant se débrouiller totalement seules pour instruire les permis de construire (les autres se débrouillaient déjà seules avec les dérives que l’on sait) – mais aussi l’ingénierie publique notamment la maitrise d’oeuvre routière ou de bâtiment. Et ce en dépit des promesses faites par Hollande lors de la dernière conférence de l’AMF…

Le choix de confier la mise en œuvre de l’écotaxe à une société privée et non aux DIR qui sont pourtant parfaitement capables de mettre en œuvre et de maintenir pour bien moins cher ce dispositif technique n’a donc rien d’une exception mais s’inscrit bien dans une politique générale de destruction de l’Etat et de ses services publics.

Il faut revenir sur la privatisation rampante des services publics du transports et plus généralement de l’Équipement voulue par la droite (UMPS) et soutenu par les ultra capitaliste de l’UMP PEN FN ardents partisans des privatisations et serviteurs zélés de l’oligarchie capitaliste.

D’autant qu’il s’agit là des outils indispensables à la mise en œuvre d’un développement économique performant et respectueux de l’environnement sous le contrôle souverain du peuple. Mais ces outils sont incompatibles avec l’UE de la dictature des marchés.

Reconstituer un grand service public de l’aménagement du territoire, des infrastructures et de l’environnement, passant par la re nationalisation des routes et autoroutes et plus généralement de l’ensemble des services publics de transports ainsi que par la reconstitution d’un pôle important d’ingénierie publique et de l’urbanisme garant d’une assistance bon marché, de haut niveau technique et indépendante aux communes et collectivités locales, voila qui s’inscrit dans la dynamique de ce nouveau CNR que le PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) appelle de ses vœux, défendant les intérêts de classe des travailleurs.

Pour mettre un coup d’arrêt à la casse de nos conquis sociaux, aux pillages du pays par cette oligarchie capitaliste déjà si bien décrite par Zola dans La Curée, il faut briser les chaines de l’Union Européenne, en sortir par la voie progressiste en reprenant le chemin de progrès ouvert par le CNR : nationalisation des moyens de production, souveraineté des travailleurs, nationalisation des banques et assurances, indépendance des médias des puissances d’argents…
Cela passe par la construction d’un large front populaire progressiste et patriotique qui pourra remettre à l’offensive la classe des travailleurs de ce pays face à cette oligarchie capitaliste dont la construction européenne et son €uro sont les armes d’exploitation et d’oppression massive des travailleurs, de divisions et d’oppositions des peuples européens.

A lire aussi sur www.initiative-communiste - site web du PRCF


Lire l'article complet, et les commentaires