Greenpeace vs Nobel

par Alain Roumestand
mercredi 24 août 2016

Greenpeace et le riz doré

L'organisation environnementale multinationale Greenpeace s'oppose depuis des années aux O.G.M., organismes génétiquement modifiés, quels que soient les arguments de leurs défenseurs, qui souhaitent augmenter la production mondiale des céréales, pour favoriser l'alimentation de la population.

Pour Greenpeace " les O.G.M. restent une menace pour la biodiversité, les équilibres économiques et sociaux et la santé. Le moratoire national a été plusieurs fois malmené et les lobbies de l'agro- business bataillent dur en Europe pour obtenir les autorisations nécessaires à la culture en plein-champ... Dans les vastes étendues vertes des Philippines, les agriculteurs adaptent leurs pratiques pour faire face aux changements climatiques. Grâce à des systèmes écologiques et résilients, ils parviennent à produire de la nourriture aussi bien en période de sécheresse que pendant la saison des typhons. De l'aveu même de l'Institut International de Recherche sur le Riz ( I .R.R.I.) qui siège aux Philippines, il n'existe aucune preuve que le riz doré soit une solution à la carence en vitamine A (C V A), l'une des principales sources de malnutrition à travers le monde". Greenpeace s'oppose aux O.G.M. en plein champ conduisant à une dissémination dangereuse dans la chaine alimentaire.

En Asie des plants de culture ont été détruits pour stopper les essais, en Inde, au Vietnam, aux Philippines.

Greenpeace s'appuie sur des travaux de scientifiques pour son combat environnemental afin de sauvegarder le climat. Mais l'organisation vient de se faire retoquer par un collectif d'une centaine de prix Nobel qui ne comprennent pas cette hargne contre les O.G.M. et plus particulièrement le riz doré. Ces hommes et ces femmes sont américains, européens, français, biologistes cellulaires, médecins, chimistes, chercheurs en biotechnologies végétales, directeurs de recherche notamment au C.N.R.S, et aussi économistes réputés.

Ils parlent d'erreurs de Greenpeace, en partant du postulat que le riz est la base de l'alimentation de près de la moitié de l'humanité, qu'il apporte les calories nécessaires mais qu'il est dépourvu de vitamine A, ce qui provoque des troubles oculaires, la perte de la vue dans de nombreux cas (500 000 enfants sont concernés chaque année). Il faut donc développer un riz modifié.

Face à cette charge Greenpeace considère qu'il faut cesser de tabler sur une alimentation uniforme. Il est nécessaire de diversifier la nourriture au maximum, avec des produits animaux. Les organisations internationales doivent aider davantage les pays pauvres.

Or on sait que les suppléments alimentaires octroyés par les organisations humanitaires coûtent très cher. Les Nobel, avec 2 décennies de retour sur expériences, présentent une manipulation génétique, s'appuyant sur la recherche publique, en introduisant de nouveaux composants au riz qui lui donnent une couleur dorée avec la synthèse de béta-carotène.

C'est la revue "Science" qui, en 2000, en a fait état pour la première fois, le projet ayant démarré en 1992.

Face à l'anxiété générée par ces questions primordiales pour l'avenir immédiat, les scientifiques tablent sur la rationalité des projets.

Les Nobel appellent les gouvernements et l'O.N.U. à "désavouer la campagne de Greenpeace et à accélérer l'accès des agriculteurs à tous les outils de la biologie moderne".


Lire l'article complet, et les commentaires