La psychose du coronavirus

par Décoder l’éco
jeudi 27 février 2020

La psychose autour du coronavirus s’intensifie. Chaque matin tous les journaux font le compte des morts et des infectés par le coronavirus. Au fur et à mesure que la maladie se propage et se rapproche de nos frontières l’intérêt des français continue de grandir comme en témoigne l'évolution des recherches de vidéos youtube qu’on peut faire sur l’outil google trends. Pendant ce temps-là le gouvernement peut faire passer tranquillement sa réforme des retraites continue de dézinguer le système de santé et tout le monde s’en fout.

Lien vers la vidéo de l'article : https://youtu.be/xVgCKFXGuUI

La Chine a un problème sanitaire généralisé

Aujourd’hui la Chine déclare 2 500 morts du coronavirus pour 80 000 infectés comptabilisés. La dernière étude en date montre un taux de mortalité de 2.3% c’est assez élevé pour un virus, ça fait comme une très forte grippe. Ce ratio de 2.3% est probablement surévalué parce que la Chine n’est pas sûre du tout que toutes les personnes infectées ont été recensées, alors que les morts on est beaucoup plus sûr réussir à les compter.

L’étude nous confirme d’ailleurs que le virus est surtout mortel pour les personnes âgées et déjà malades et en particulier les fumeurs qui ont déjà abimé leurs poumons. Les jeunes en bonne santé guérissent dans la quasi-totalité des cas, il reste quelques cas mortels qu’on n’explique pas (exactement comme la grippe).

Sur internet, beaucoup d’articles sont dans la surenchère de la psychose sur ce sujet, vous pouvez lire des choses du style que les crématoriums chinois fonctionnent 24h/24 avec le coronavirus. Sur ce point si on fait un petit calcul. Il y a 1Mds et demi de chinois, leur population est vieillissante, le système de santé n’est pas au top et la pauvreté est assez forte. Il y a à peu près 10 millions de chinois qui meurent chaque année, soit 830 000 par mois. En un mois le coronavirus a causé la mort de 2 500 personnes pour la plupart âgées ou malades. Si vous les comparez aux 830 000 habituels, ça ne va pas beaucoup se voir dans les statistiques, on doit être assez loin d’une crise dans les crématoriums en Chine.

Pour aller un peu plus loin, les gros problèmes de pollution, les problèmes sanitaires, la pauvreté et le manque de soin font que la première cause de mortalité en Chine sont les problèmes respiratoires qui comptent pour 10% des décès chaque année. Donc, chaque année 1 million de chinois meurent pour des problèmes respiratoires soit 83 000 chaque mois. Ce dernier mois, on a donc 2 500 chinois morts du coronavirus qui s’attaque au système respiratoire à comparer aux 83 000 chinois qui sont morts en même temps pour des problèmes respiratoires aussi. La Chine a un gros problème avec toutes les maladies respiratoires et est donc un terrain fertile pour le développement de maladies comme le coronavirus. Ce virus y est peut-être beaucoup plus mortel qu’ailleurs.

Un certain nombre de pays sont en période de surenchère électorale

L’Italie annonce pour l’instant 7 morts, uniquement des personnes déjà très malades ou âgées. Donc affaiblies. Pour l’instant en Italie, rien n’indique que le virus est plus dangereux que la grippe. Il est cependant assez intéressant de voir que dans une période électorale, le gouvernement italien redouble d’effort pour montrer son sérieux et rassurer les habitants. Ils envoient même l’armée pour mettre une ville en quarantaine.

L’Iran aussi est en pleine période électorale, c’est le deuxième pays à communiquer sur le sujet avec des injonctions forte à la population de ne pas sortir. Dans ce pays, la médiatisation de cette épidémie arrive à un moment assez intéressant.

Les États-Unis aussi sont en pleine campagne électorale et comme le sujet fait finalement beaucoup parler, on arrive à des levés de fonds spectaculaire des candidats de façon à avoir l’air rassurant pour les électeurs.

Donc difficile de distinguer quelque chose là-dedans.

Pendant ce temps-là, la France continue de dézinguer son système de santé

En France, ce sont les élections municipales qui arrivent. Jusqu’ici les futurs maires n’en parlaient pas trop puisque c’est plutôt un problème de santé national. Un maire n’a pas les moyens de gérer le problème, au mieux il peut fermer des écoles pour protéger les enfants. Mais là on a la première attaque d’Agnès Buzyn, qui dit que la maire de Paris n’a pas pris les mesures pour sauver la ville de l’épidémie. C’est quand même assez énorme que ça soit l’ancienne ministre de la santé qui dise ça… C’était son rôle quand même !

Rappelons d’ailleurs que grâce à son travail, on a toujours des hôpitaux et des EPAHD surchargés avec des urgentistes et des médecins continuellement en grève pour protester. Donc si jamais il y a une vraie épidémie, elle se répandra comme un feu de paille grâce à son travail.

Elle va même plus loin, elle explique que si elle est élue elle renforcera le soin à domicile. Il faut savoir que sur le thème de la santé, le but des néolibéraux c’est de détruire l’hôpital public qui est une structure de soin collective pour tous. Pour à la place faire du soin individuel à domicile. Ce type de soin ça permettra de proposer plusieurs gammes. Il y aura les pauvres qui seront dans la file d’attente pour que quelqu’un passe les voir en coup de vent pour leur administrer des soins. Et les riches qui pourront se payer des places dans des belles structures ou des soins à domicile privé de qualités.

Quand on ne met pas d’argent dans les hôpitaux et qu’on les laisse surchargés et en mauvais état cela fait en effet des zones ou les maladies peuvent se propager rapidement. Le coronavirus risque de servir d’excuse supplémentaire pour tenter de les fermer plutôt que d'y mettre l’argent qu’il faut. Plutôt que jouer collectif, on fait peur aux gens, ça les rend individualistes et c’est un terrain de jeu parfait pour les néolibéraux qui peuvent continuer de casser les services publics comme l’hôpital et les mécanismes de solidarité comme les retraites.


Lire l'article complet, et les commentaires