La tentation du recrutement « bling-bling »

par Yohan
mercredi 26 septembre 2007

Pour recruter, les employeurs mettent les petits plats dans les grands. Certains semblent prêts à tout pour vous recruter et vous promettent le meilleur. Info ou intox ? Que se cache-t-il derrière de vrais enjeux ?

A partir de 2008 et jusqu’en 2015, de nombreux secteurs vont connaître une pénurie de talents qui devrait s’accompagner d’un accroissement du turn-over. On imagine aisément la tentation pour ceux qui se savent compétitifs de céder au plaisir de faire monter les enchères.

Certaines grandes entreprises sont déjà au pied du mur qui ont choisi d’investir le thème du bon vivre en entreprise, en offrant à leurs (futurs) salariés des services de pressing, crèche, espace de relaxation, coaching perso, toute une palette d’avantages sociaux parfois inédits et déjà plébiscités par les jeunes pépites du consulting ou du high-tech.

Toutefois, face à ces belles intentions, le doute s’installe, car si replacer l’humain au cœur des organisations est louable, on n’est jamais très loin d’une banale opération séduction destinée à amadouer le haut potentiel en quête de reconnaissance et de récompense.

On a vu ainsi récemment une grande banque louer le Stade de France pour une opération recrutement d’un jour. Il est vrai que les entreprises se montrent étonnamment friandes de nouveautés. Pas un jour en effet où l’on vienne nous signaler ici, un job dating, là, un chat recrutement. Les entreprises se mettent maintenant aux blogs, certaines vont même jusqu’à hisser pavillon sur Second Life.

Vu aussi cette pub suggestive d’une agence interim spécialisée dans la finance, qui mobilise la libido du jeune pousse de la finance pour lui faire comprendre que chez elle, les clients feront tout pour le garder. Comprendre ici que l’interim devient aussi le plus court chemin pour l’emploi stable.

Une nouvelle mode chassant l’autre, la panoplie du recrutement ne cesse de s’enrichir et de nous étonner. A ce rythme, l’annonce de presse sera bientôt reléguée au rayon des antiquités.

Et après tout, même si l’opération n’est pas toujours probante, les décideurs savent actuellement que l’annonce d’un événement recrutement sur Second Life a peu de chance de passer inaperçue. Au mieux, on prend de l’avance sur la concurrence, au pire, c’est de la pub à bon compte pour l’entreprise.

Attention cependant, si les promesses ne sont pas tenues, la déception sera grande et les portes claqueront.

Mais alors, que dire des métiers techniques et manuels offerts par les collectivités territoriales, le BTP, la restauration et, plus globalement, de tous ces petits métiers qui se plaignent d’un déficit d’attractivité, vont-ils eux aussi céder à la tentation du recrutement « bling bling » ?

Pour l’heure, même s’il semble qu’on soit encore loin d’en prendre le chemin, les chefs d’entreprise ne pourront plus se contenter de quelques encarts dans la presse ou des bons vieux flyers pour doper leurs recrutements.

Pour donner un bon coup de lifting à leurs métiers, il leur faudra en démontrer la valeur ajoutée, qu’il s’agisse des coups de pouce donnés au fil des années aux salaires, des nouvelles garanties rattachées, trouver de nouveaux arguments pour convaincre de venir et d’y rester.

Car, il y a tout à redouter d’une concurrence qui pourrait devenir féroce dans les secteurs soumis à concurrence, dans la mesure où certaines entreprises moins guerrières pourraient y laisser des plumes.

Exister, se démarquer sera un challenge que les PME, les collectivités locales, les artisans et commerçants devront relever sans trop tarder, eux qui ne savent déjà plus quoi faire pour attirer ou retenir les jeunes recrues. Et Il faudra faire plus que de proclamer « rejoignez-nous ».

Certes, nous n’en sommes pas encore là partout, mais l’heure approche...

Verra-t-on bientôt, des séjours de rêve, des montres de luxe, être brandis en guise de promesses d’un avenir professionnel radieux pour nos plombiers, nos égoutiers, nos poissonniers.

Un scénario pas totalement improbable et puisque la mode est maintenant au bling bling...


Lire l'article complet, et les commentaires