Le robinet des finances

par Citoyen européen
samedi 11 décembre 2010

Chorus ! Ils ont oublié le robinet ouvert.

Le rapport N° 2006-M-049-05 (www.audits.performance-publique.gouv.fr/bib_res/221.pdf ) de l’Inspection Générale des Finances (novembre 2006) conclut que le coût estimé du projet Chorus est d’environ 500 M€ et pourrait apporter 1000 M€ (x2 le coût) à l’Etat grâce aux économies.

A l’heure actuelle le coût est d’environ 6000 M€ (6Md € soit environ 12% des impôts des ménages ou 100% d’ISF) et plusieurs centaines de millions chaque mois pour une période indéterminée.  (http://www.journaldunet.com/solutions/intranet-extranet/chorus-et-retards-de-paiement.shtml)

Le rapport N° 2006-M-049-05 de l’Inspection Générale des Finances (novembre 2006) conclut que le coût estimé du projet Chorus est d’environ 500 M€ et pourrait apporter 1000 M€ (x2 le coût) à l’Etat grâce aux économies.

En 2008 (http://www.lemagit.fr/article/capgemini-france-sap-pgi-sopra-logica-chorus-etat-comptabilite-bearingpoint-onp-hraccess/4277/1/projet-chorus-tout-passe-aussi-mal-que-prevu/)
Chorus en faits et chiffres

* Coût total 2006-2015 (y compris maintenance de Chorus) : 1,1 milliard d’euros.

* Sur les 255 applications financières des ministères (hors applications du Budget) :

- 78 seront remplacées totalement ;

- 6 seront remplacées partiellement ;

- 5 seront remplacées partiellement et interfacées ;

- 55 seront interfacées en l’état ;


- 58 ne seront ni remplacées ni interfacées ;

- Reste 53 applications dont le sort n’a pas été fixé.
Notons que ces chiffres, fournis par Jacques Marzin, directeur de l’AIFE, à la Mission de la Commission des Finances, sont sensiblement différents de ceux donnés par le ministre Eric Woerth, lors de son audition devant la Commission des Finances en janvier dernier.

* Les déploiements s’effectuent par vagues, espacées de 6 mois, chacune correspondant à une nouvelle version de Chorus :

- v1, juin 2008 : 100 utilisateurs, périmètre très réduit ;

v2, janvier 2009 : 400 utilisateurs de plus, périmètre fonctionnel étendu, mise à jour en avril avec le module de gestion immobilière (RE, plus de 1 000 utilisateurs concernés) ;

v3, juillet 2009 : 2 000 utilisateurs de plus (avec le début des déploiements dans les "gros" ministères, démarrant par l’Education Nationale) ;

v4, janvier 2010 : 11 000 utilisateurs de plus (ministère de la Défense, de la Justice, reste de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche, plus une partie du périmètre pour les ministères de l’Écologie et de l’Agriculture, expérimentation dans les préfectures). C’est une des étapes clefs, un sujet prioritaire pour l’AIFE. Un acteur de projet parle de "pression démentielle" sur cette version ;

v5, juillet 2010 : 3 500 utilisateurs supplémentaires ;

v6, janvier 2011 : derniers déploiements (sur 10 000 utilisateurs restant) ; périmètre fonctionnel complet sur le cœur comptable devant permettre une certification des comptes de l’Etat par la Cour des comptes.

* Les prestataires : pré-sélectionnés via un accord-cadre, les SSII chargées du déploiement sont retenus ministère par ministère. Pour l’heure, les élus sont :

- Education Nationale : BearingPoint-Sopra ;

- Défense : BearingPoint-Sopra ;

- Intérieur : Logica ;

- Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement Durables (Medad) : Capgemini-Logica.



 A l’heure actuelle le coût est d’environ 6000 M€ (6Md € soit environ 12% des impôts des ménages ou 100% d’ISF) et plusieurs centaines de millions chaque mois pour une période indéterminée. (http://www.journaldunet.com/solutions/intranet-extranet/chorus-et-retards-de-paiement.shtml)


Un article ? Pourquoi un de plus ?

Je propose le lancement d’un travail citoyen (collaboratif et structuré) pour permettre le démarrage d’une véritable Commission Citoyenne au sujet des dérives de l’Etat en absence d’initiative parlementaire. Je fais appel aux experts (finance et droit surtout) pour élaborer une stratégie d’enquête sur ces aspects pour lesquels tout citoyen doit avoir une explication. C’est un devoir de l’Etat. Un devoir qui n’est pas respecté comme beaucoup d’autres.

Lire l'article complet, et les commentaires