Marcel Frydman, entrepreneur 79 ans : la questions du drive

par Argouarch
vendredi 30 juillet 2010

Dans la série de mystères qui entourent le fonctionnement de l’individu il y a cette cassure entre les suiveurs et les entrepreneurs, les actifs et les passifs, ceux qui s’en prennent continuellement à l’état et ceux qui s’en prennent qu’à eux-mêmes, ceux qui construisent un empire à partir de rien et ceux qui le dilapide. 

Alors qui peut pousser Marcel Frydman à se lancer dans de nouvelles aventures à 79 ans ? Depuis qu’il a du céder (une OPA) la célèbre marque Marionaud aux Chinois, Marcel Friedman n’arrête pas. Au début des années 2000, il se lance dans la chirurgie esthétique. Il dirige maintenant les deux cliniques Elysée-Montaigne et Paris Spontini. Mieux. Le 24 juin 2010, il inaugure avec deux associés, Patrick Gihan, Christophe Lizot, et un comité scientifique, un Centre Dentaire, dénommé Excellence Dentaire, de plusieurs centaines de m2. 

Marcel Frydman a commencé à travailler à 14 ans comme ouvrier tailleur. Il travaille donc depuis 65 ans non stop. Les motivations ? Il y en a plein. Surtout chez ces secondes générations d’immigrants. Surtout chez ceux qui ont connu la misère, comme pendant la seconde guerre mondiale quand sa famille d’origine juive polonaise a du se cacher. Son père sera finalement déporté et gazé à Auschwitz. Ce sont des choses qui marquent. Qui motivent. Il y aura toujours une différence de perception entre ceux qui ont tout eu facilement pendant leur jeunesse et ceux qui doivent prouver quelque chose parce que sortis de l’ opprobre, de la misère et du déficit d’éducation. 

Pour reprendre le titre du livre d’ Andrew Grove, le fils d’une famille de juifs hongrois, dont le père, lui, revint d’Auschwitz miraculeusement : "Only the Paranoid Survive" , ceux qui veulent assurer le futur semblent être ceux qui se souviennent très bien d’un passé incertain, voire dangereuxAndrew Grove et sa famille emigrèrent aux USA quand les russes envahirent la Hongrie en 1956. Andrew Grove, comme Frydman était certainement motivé. Co-fondateur d’Intel, dont vous utilisez tous les microprocesseurs dans vos ordinateurs, il en devint le PD-g pour faire d’Intel la même chose que Frydman fit avec Marionaud : un géant dans son secteur. Grove aurait sans doute pu titrer son livre :"Seul le paranoïaque réussit".


Lire l'article complet, et les commentaires