Messieurs les banquiers, bravo et adieu

par nonpareil
mercredi 9 novembre 2011

Messieurs les banquiers, nos sincères félicitations : prendre ainsi le contrôle du monde n'était pas une mince affaire !

A l'époque où les premières démocraties ont été mises en place on n'aurait franchement pas imaginé qu'il puisse exister quelque chose au dessus de l'Etat, et que ce dernier s'y soumettrait docilement.

Même durant le dernier quart du XXème siècle, où vous avez pourtant commencé à frapper de plus en plus fort, la plupart des gouvernants - et même des économistes - ne vous voyaient toujours pas venir !

Quand on pense que suite à la chute de l'Empire Romain, puis durant la majeure partie du Moyen-Âge, il était formellement interdit de gagner de l'argent avec de l'argent, le pêché étant condamné à l'excommunication et parfois même condamné à mort ! Vous avez réussi à faire accepter le procédé il y a environ 3 siècles, puis avez ensuite accompli une autre prouesse en rendant légal le fait de pouvoir prêter plusieurs fois plus que ce qu'on ne possède, rien à dire c'est du bien bel ouvrage.

Aujourd'hui la majorité des grandes puissances économiques mondiales croulent sous les dettes qu'elles ont contractées chez vous. Mais plus fort encore, et il s'agit peut-être là du point d'orgue de votre réussite, lorsque vous leur réclamez de l'argent parce que vous vous sentez un peu inconfortables, les gouvernements de ces grandes puissances n'ont aucun autre choix que vous verser des dizaines de milliards ! C'est la très grande classe.

Certains ont bien essayé de donner l'alerte, même il y a 2 siècles, par exemple :

"Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation ".
Thomas Jefferson (1743-1826), 3ème Président des Etats-Unis

"Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout ". Thomas Jefferson

"Quand l'argent d'un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation ". Napoléon Bonaparte

"Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin ".
Sr Henry Ford (1863-1947), fondateur de Ford



"Quand le pillage devient un moyen d'existence pour un groupe d'hommes qui vit au sein des élites de la société, ce groupe finit par créer pour lui-même tout un système juridique qui autorise le pillage, et un code moral qui le glorifie. "
Frédéric Bastiat (1801-1850), économiste politique

L'un de vos fondateurs l'avait même clairement spécifié :

"Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d'une nation, et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ". Mayer Amschel Rothschild (1744-1812), fondateur de la dynastie banquière des Rothschild

Une dernière :

"Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Ce processus est sans doute le tour de passe-passe le plus étonnant jamais inventé.

Les activités bancaires ont été conçues dans l'iniquité. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez-leur, mais si vous leur laissez le pouvoir de créer de l'argent d'un petit trait de plume, ils vous la rachèteront...

Enlevez-leur ce grand pouvoir et alors toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront, comme elles devraient le faire, et alors nous aurons un monde meilleur où il ferait mieux vivre. Mais si vous voulez être les esclaves des banques et continuer de payer le coût de votre esclavage, laissez les banquiers continuer de créer l'argent et de contrôler le crédit.
"
Josiah Stamp, directeur de la Banque d'Angleterre de 1928 à 1941 (et 2ème plus grande fortune de Grand-Bretagne à l'époque).


Mais nous ne pouvons pas revenir en arrière et maintenant nous sommes bien obligés de gérer la situation actuelle.

Messieurs les banquiers privés, nous sommes confus (ou pas), mais nous allons devoir nous passer de vous. Les banques doivent devenir des organismes à but non lucratif si nous voulons sortir du système actuel qui arrive totalement à bout de souffle.

Le pire c'est que pour cela on va peut être encore devoir vous payer, vous vous en serez vraiment tirés comme des chefs jusqu'au bout... On espère tout de même secrètement attendre que la valeur de vos banques tombe à zéro pour que l'Etat les rachète zéro euro.


Où en sommes-nous ?

Nous en sommes au point où le remboursement de la dette est la 1ère dépense de l'Etat. La situation est intenable et ne peut continuer ainsi, comme le prouvent les exemples d'autres pays européens, à commencer bien sûr par la Grèce.

Après 2 ans et 7 plans d’austérité, la Grèce est en récession, sa dette est passée de 125% à 160% du PIB.

Petite vidéo qui nous vient de Grèce :



Deux vidéos d'animation (50 minutes et 1h30) qui expliquent de manière pédagogique comment a été créée la monnaie puis la dette, résument l'ensemble du système monétaire et envisagent quelques systèmes alternatifs.

Elles ont probablement quelques défauts, mais ont sûrement le grand mérite de pouvoir éclairer le peuple sur les rouages du système économique.

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires