Pour Úviter une guerre civile

par AGIR
mardi 3 août 2010

Une réforme du système comptable des banques est indispensable (re-définir ce que sont des actifs). Je ne vois pas d’autres moyens pour éviter que des créances "pourries" se retrouvent dans des produits de placement.

Une réforme du système juridique bancaire est indispensable (définir qui est autorisé à faire des opérations spéculatives de manière à ce que leurs clients le sache et puisse choisir leurs banques en toutes connaissances de cause).
Une stricte banque de dépôt, ne fera pas courir de risques à ses déposants (si, évidemment sont respectées les normes des banques de dépôts)
 
Une réforme du système juridique est indispensable : il est aberrant que la banque de France ne soit pas autorisée à financer l’ état qui doit donc se financer sur les marchés lesquels dictent leurs lois...lesquelles s’inscrivent dans une logique de rentabilité à courte vue, donc à mille lieues du développement économique d’une nation quant au bien être des humains composant la dite nation, leurs analyses ne l’intègre pas.
 
Français, mes frères, interrogez-vous donc sur qui sont ces "marchés" qui imposent leurs dictats !
C’est presque rien, en fait quelques dizaines de personnes par "marchés".
 
En France, je ne vois guère que le parti socialiste (en raison de son poids) être capable de se saisir d’une réforme du système bancaire.
Je n’ai pas vu, jusqu’alors qu’il en ait l’intention, il est vrai que DSK, dans sa fonction actuelle contribue à la pérennité de ce système et qu’aucun autre cadre de ce parti ne montre de volonté en ce sens.
 
Tout le paradoxe de ce que nous vivons est qu’il ne s’agit pas d’une crise économique mais de pratiques absolument scandaleuses, immorales et pour dire vrai dégueulasses de ceux qui la finance. Et ces gens continuent à fixer leurs diktats !
Qui vont provoquer inévitablement une crise - elle - économique et une crise économique ce sont des drames humains !
Ce qui se passe en Grèce, en Grande Bretagne n’est pas encore palpable, rendez-vous dans un an...
Espagne, Portugal, Italie peut-être sont les prochains invités à la fiesta...
 
Alors que...un peu d’inflation, ici où là, solutionne bien des problèmes
Mais l’Euro et l’europe ne le permet pas et les spéculateurs n’aiment pas çà....
Du Tout...
 
Un ex cadre de banque

Lire l'article complet, et les commentaires