Y a-t-il encore une bulle ?

par Michel Santi
jeudi 13 novembre 2008

Les évènements qui se succèdent à la rapidité de l’éclair ne permettent plus d’en douter : le pourrissement de la crise du crédit est sur le point d’enfanter dans la douleur un phénomène terrible mais ô combien classique et objet de toutes les hantises, la déflation généralisée !

Du marché des matières premières en passant par les principales bourses mondiales pour aboutir aux marchés émergeants, la déflation, à l’instar d’une lave volcanique, envahit le moindre des recoins de notre planète : voilà, ça y est, il n’y aura plus bientôt aucune bulle à faire imploser à la surface du Globe...


Comme les investisseurs et spéculateurs révisent en baisse les prévisions des sociétés, actions et obligations subissent ainsi un violent - mais indispensable - réajustement de leur valorisation respective dans un épisode, cas d’école, où les difficultés à l’accès au crédit - et donc à l’effet de levier - ne font qu’amplifier cette déflation. La déflation des salaires, prochainement sur les écrans, donnera un coup de grâce à la consommation avec à la clé une aggravation supplémentaire des profits des entreprises...

Le marché de l’emploi - qui subit pourtant déjà des mesures d’austérité appliquées par des entreprises dont les résultats baissent sensiblement et qui de surcroît n’ont quasiment plus accès au crédit - verra un afflux massif de nouveaux chômeurs. A son tour, cette augmentation des demandeurs d’emploi exercera une nouvelle pression baissière sur les salaires avec l’impact additionnel que l’on imagine sur la consommation...

Cette dépression, qui force donc tous les investisseurs à vendre leurs valeurs car ils craignent à juste titre une dégringolade supplémentaire de leurs actifs, induit en conséquence des flux massifs de rapatriements de capitaux principalement en faveur du yen et du dollar - le Japon étant en effet le pays par excellence "net créditeur" vis-à-vis de l’étranger, le dollar américain étant la devise de réserve fondamentale par excellence à travers le monde dans laquelle il est bon de se réfugier en période d’incertitudes...

Ce raffermissement du billet vert accentuera encore la pression baissière sur les prix des matières premières car les pays dont la monnaie est faible pourront se payer de moins en moins de ces denrées libellées en... dollars. De plus, ces pays à faible devise vis-à-vis du dollar seront la cible idéale de l’inflation importée et la dernière des bulles à exister encore - celle des marchés émergeants dont la Chine - se mettra à imploser...


Lire l'article complet, et les commentaires