Gardarem Lou Larzac... oui aux paturages, non aux forages

par Clojea
mercredi 20 avril 2011

Gaz de Schiste : Larzac, Lot, la contestation. 40 ans après, ça recommence, des menaces d’exploitation du gaz de Schiste dans le midi de la France. De grandes manifestations viennent d'avoir lieu le 17 avril dans le Larzac et à Cahors.

Un bref rappel. Le gaz de schiste, contenu dans des roches sédimentaires argileuses situées entre 1 et 3 km de profondeur, est une forme de gaz naturel. L’exploitation à grande échelle nécessite une fissuration du schiste pour en augmenter la perméabilité. La fracturation hydraulique consiste à provoquer un grand nombre de micro-fractures dans la roche contenant le gaz, permettant à celui-ci de se déplacer jusqu’au puits afin d’être récupéré en surface. La fracturation est obtenue par l’injection d’eau à haute pression à laquelle sont ajoutées des dizaines de produits chimiques.

Ou en est-on ? Après Jean-Louis Borloo qui a reconnu avoir « manqué de vigilance », après Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Environnement, qui a indiqué qu’une proposition de loi UMP serait inscrite en urgence à l’Assemblée Nationale pour interdire l’exploitation du gaz de Schiste, c’est le premier Ministre François Fillon lui-même qui a indiqué que le gouvernement soutiendra les amendements destinés à abroger des permis.

Pour l’instant, voici la situation en France : Gaz et huiles de Schiste, zones de recherches :

Gaz de Schiste :

- Explorations autorisées : Zones de Metz, Nancy, Zones de Montpellier, Nîmes, Larzac, Montélimar, Valence.

- Permis déposés pour l’exploration : Zone de Lyon, zone alentour du Rhône, le Lot avec la zone de Cahors, région PACA au dessus et à côté de Marseille

Huiles de Schiste :

-  Exploration autorisée : Ile de France, Zone Est

-  Permis déposés pour l’exploration : Large zone Ile de France, Nord/Sud/Est

Mr François Fillon a annoncé qu’il fallait « tout mettre à plat » et annuler les autorisations déjà données dans des conditions qu’il n’estime pas satisfaisantes. Il a indiqué que le gouvernement soutiendra les amendements destinés à abroger les permis d’exploitations de gaz de schiste. Mais, il a en même temps ordonné une mission de recherche scientifique pour étudier les possibilités d’exploiter de tels gaz sans nuire à l’environnement….

Donc, en clair, le gouvernement ne ferme pas tout à fait la porte au gaz de schiste. Et puis, les exploitants, eux, mettent la pression. Le PDG de Total, Christophe de Margerie, déclarait : « C’est un peu triste de s’interdire a priori d’exploiter une richesse potentielle du pays. Il est réducteur de prendre l’exemple américain. ».

Le PDG de GDF-Suez, Gérard Mestralet rajoute : « La France tourne la page du gaz de schiste avant de l’avoir ouverte. » Et pour enfoncer le clou, ils promettent qu’il est possible de mettre au point une exploitation « propre » du gaz de schiste.

Ben voyons. 500 produits chimiques dans le sol avec de l’eau à haute pression. Et ils osent soutenir qu’ils étudieraient un moyen propre d’extraire le gaz. Allons donc. On ne voit pas comment ils s’y prendraient, car le gaz ne va pas jaillir tout seul des profondeurs. Cela veut dire qu’ils devront utiliser des moyens polluants et dangereux pour l’environnement. Incroyable quand même de ne penser qu’au profit au détriment de la santé des gens. A ce point là, cela frise la trahison envers l’espèce humaine.

Donc, le gouvernement fait un pas en avant. Reste à savoir si le Parlement va jouer son rôle. Il faut quand même savoir que l’instruction des permis a été menée par les Préfets pendant le Grenelle de l’environnement. L’exploitation des gaz de schiste, est tout simplement contraire à la charte de l’environnement. Tout a été fait dans le dos des populations mais aussi dans le dos des élus.

José Bové, que je ne présente pas a bondi sur le dossier. Il faut dire que les permis recouvrant le Larzac, les Cévennes et l’Ardèche sont des terres de luttes. 40 ans en arrière, beaucoup de gens s’étaient mobilisés avec le slogan « Des moutons, pas des canons ». Aujourd’hui, c’est « Des pâturages, pas des forages ». Restons vigilants, la partie n’est pas encore gagnée. Gardarem Lou Larzac, Gardarem la planète.

 

Quelques liens :

http://www.youtube.com/watch?v=WdNiS3ntv5w (Le film Gasland)

- Pétition : www.aves.asso.fr

http://www.lepoint.fr/actu-science/le-gaz-de-schiste-ennemi-public-numero-un-11-04-2011-1317850_59.php


Lire l'article complet, et les commentaires