La biodiversité domestique au Cambodge, ou comment conserver l’équilibre naturel d’une maison

par boddah
mercredi 9 juillet 2014

Vivre sous les tropiques est bien-sûr, très différent de vivre en France. Ceux qui vivent à la campagne savent bien qu’il est impossible d’éliminer tous les indésirables d’une maison. On ne peut seulement que contrôler le nombre de rats, araignées, moustiques, et autres créatures sauvages.

D’ailleurs, il n’est pas judicieux de totalement éliminer les araignées ou les fourmis car elles participent à cet équilibre fragile de la maison. Sans araignées, les mouches et moustiques pullulent.

Au Cambodge, ces animaux sont juste plus nombreux, différents et un peu … plus gros !

 

Les moustiques

Il demandent certains efforts pour réduire leur nombre c’est pourquoi il est important de ne pas (trop) balayer les nombreuses toiles suspendues au plafond. Même si les dites araignées peuvent être plus grosses que chez nous.

Les rats

Ils ne sont pas nombreux, mais ils n’ont pas besoin d’avoir une grande colonie pour être une véritable nuisance. Une petite famille de 7 ou 8 suffit pour entamer la nourriture que vous oubliez de protéger, et pour faire un bruit infernal dans la toiture métallique lorsqu’ils s’amusent.
Les gens cachent leur nourriture dans des boites et parsèment leur maison avec des pièges. J’ai ajouté un chat à ma petite biosphère locale parce qu’ils sont beaucoup plus efficaces que les pièges et que je n’aime pas tuer des animaux (même les rats).
Il est important de ne pas avoir trop de rats parce qu’ils attirent un autre prédateur que vous n’avez pas vraiment envie de rencontrer la nuit en allant aux toilettes :

le serpent

Il peut être assez gros, en général plus d’un mètre et souvent gros comme le poignet. La meilleure protection contre les serpents est un bon chien. Les serpents sont très bénéfiques pour une maison, ils mangent les rats, mais vous ne voulez pas qu’ils viennent ou vous vivez, surtout lorsque vous avez un enfant et que vous vivez dans le pays du cobra.
Ma chienne est très efficace contre ces rampants, elle les encercle en aboyant et au bout d’un moment ils partent dans l’autre direction, fatigués des insistances de 2 ans (c’est le nom de ma chienne). Pour éviter leur mauvaise rencontre, la végétation est toujours tondue à ras.
Les serpents attaquent parfois d’autres habitants de la maison qui protègent efficacement contre les moustiques :

les geckos

Ils peuvent devenir grands et ont une magnifique robe colorée. Il doit y en avoir une dizaine qui vit dans ma maison. Avec les nombreux lézards sur les murs le soir, ils réduisent considérablement le nombre de moustiques.

L’équilibre de ma maison est donc relativement difficile à maintenir, et je dois m’habituer à cohabiter avec une faune plus ou moins nombreuse et plus ou moins envahissante. Je n’ai pas parlé des fourmis qui s’acharnent à venir coloniser les maisons, sources de nourriture loin des pluies de la saison humide.
Ma maison est perdue au milieu d’un grand jardin. Les arbres fruitiers et les légumes sont entretenus à plein temps par mon vieux jardinier Taa (ce qui signifie grand-père). Ce jardin participe évidemment pleinement à la biosphère décrite dans cet article.

Source : LGV


Lire l'article complet, et les commentaires