Quel avenir pour les éoliennes françaises ?

par Enjeux Electriques
jeudi 28 novembre 2013

Avec la dynamique actuelle, la France n’atteindra pas son objectif d’installer une capacité de 20 GW sous forme d’éoliennes terrestres d’ici 2020. C’est le constat du bilan prévisionnel 2013 de l’équilibre offre-demande d’électricité. De plus, plusieurs polémiques ont écorné l’image des éoliennes ces derniers temps. Le ciel semble donc s’assombrir pour cette énergie. Pourtant, après deux années de morosité, les signaux positifs existent.

Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain

A la différence du mirage des petites éoliennes pour les particuliers, les projets de dimension industrielle sont en bonne voie. La France a, cette année, assoupli le dispositif légal (fin de la règle des cinq mâts…) pour la construction de ce type d’équipements, dégageant la voie aux projets terrestres. Surtout, la mise en chantier des premiers grands champs éoliens offshore le long des côtes françaises pourrait constituer la locomotive dont la filière a besoin. Alstom, qui vient d’inaugurer en Belgique la plus grande éolienne maritime du monde (170 mètres de haut), a ainsi décidé d’implanter sa fabrique d’éoliennes géantes à Cherbourg.

Le financement public des éoliennes a du plomb dans l’aile…

Cette dynamique est cependant remise en cause, depuis quelques mois, par la Commission européenne qui a émis de sérieux doutes sur la compatibilité des subventions françaises à l’éolien avec le droit européen de la concurrence. En France, la CSPE (la taxe qui finance les prix d’achat garantis pour les énergies renouvelables) fait aussi régulièrement grincer des dents, d’autant plus qu’elle est appelée à augmenter considérablement à court terme.

Ce problème du financement n’est pas franco-français. L’Allemagne vient d’appuyer sur la pédale de frein, révisant très nettement à la baisse ses ambitions en matière d’énergies renouvelables. Les éoliennes terrestres et maritimes sont ainsi les premières visées. 

C’est dans ce contexte que la Commission européenne (dont l’objectif est tout de même de porter à 20% la part des énergies renouvelables en 2020) planche sur de nouveaux moyens de soutenir l’éolien sans que les Etats y laissent leur chemise. Deux solutions sont principalement évoquées :

… mais les initiatives citoyennes ou privées offrent de nouvelles perspectives

Au moment où le régime d’aides au secteur pourrait être profondément modifié, de plus en plus de collectifs citoyens se créent pour financer des éoliennes de grande dimension. Manière pour les riverains de s’approprier ces projets, ces financements citoyens correspondent tout à fait à la logique des quotas sur lesquels travaille l’Union européenne.

De même, de grandes entreprises comme Volkswagen ou BMW ont bâti leurs propres éoliennes pour approvisionner leurs usines allemandes. Pour l’heure, l’autoconsommation n’est pas valable en France, car il est plus intéressant de vendre l’électricité verte que de la consommer soi-même. Mais si le système des prix garantis disparaît, l’autoconsommation pourrait devenir avantageuse grâce aux coûts d’utilisation quasi nuls des éoliennes (une fois la construction payée, le vent est gratuit).

L’éolien français est à un tournant. Le rythme actuel des constructions d’éoliennes n’est pas suffisant pour atteindre l’objectif de 2020. Par contre, les nouvelles manières de financer sont à même de pérenniser le secteur en lui donnant une meilleure assise économique. On peut dès lors espérer qu’au-delà de 2020, les éoliennes deviennent une solution énergétique viable.

 


Lire l'article complet, et les commentaires