Sydney sous le sable

par F.Salenko
mercredi 23 septembre 2009

Mercredi 23 septembre. Réveil classique en direction du travail quand au moment de regarder près de ma fenêtre si sombre normalement, un puissant rouge-orange s’échappait de l’espace entre le rideau et ma fenêtre.

« Lever de soleil australien » ai-je pensé rapidement, mais la couleur intense connotait quelque chose d’inhabituel. Un orange uniforme aveuglant pesait sur la ville de Sydney ce matin à 6.00 AM.


Phénomène indescriptible pour un Européen d’un urbanisme s’avouant vaincu par une force naturelle telle qu’on pourrait le voir dans « Le jour d’après ». Ciel orange fluo marqué par une indescriptible lueur dont il est impossible de déterminer l’origine, votre vision ne dépassant pas les 100 mètres.

 
Magnifique à regarder par la fenêtre.


 
C’est en revanche beaucoup moins amusant que d’évoluer dans cette douce tempête ; le vent plutôt calme continue de faire circuler cette poussière sableuse qui apparaît progressivement sur vos doigts et vos vêtements. L’atmosphère est malsaine ; votre respiration est gênée et votre vision troublée par toutes les poussières que vos yeux récupèrent. Les masques préventifs pour la grippe A sont de sortie.

Vers 12.00 PM la tempête martienne était terminée laissant derrière elle un ciel magnifique et un sol sablonneux. Sydney, mélangeant buildings et espaces verts, démontre qu’elle n’est pas maitre en ses lieux.

On ne pourra s’empêcher de faire le lien non vérifié entre ce phénomène si rare et le réchauffement climatique que l’Australie subit notamment à cause de sa position face au trou de la couche d’ozone.

Les couleurs des photos n’ont pas été modifiées et sont extraites du Sydney Herald Tribune.


 

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires