20 ans d’aveuglement. L’Europe au bord du gouffre

par Les_économistes_atterrés
mardi 14 juin 2011

" Peut-on demander aux gens ordinaires (…) d'assumer la responsabilité de la faillite des banques privées ? ". La question, faussement naïve, était formulée par le président de la République islandaise fin 2010, après qu'une révolte populaire eut contraint les autorités du pays à renégocier l'accord aux termes duquel elles s'engageaient à rembourser aux Trésors britannique et néerlandais les sommes dépensées pour indemniser leurs épargnants clients de la banque islandaise (privée) en ligne Icesave. Le 9 avril dernier, un deuxième référendum rejetait (à 60 %) un nouvel accord.

La leçon est claire : en Islande, les " gens ordinaires " refusent de payer pour les banques coupables et les épargnants cupides. Mais dans les autres pays, ils n'ont pas eu le choix : les autorités nationales et internationales le leur ont imposé, la Commission européenne ayant joué un rôle particulièrement actif dans ce " jeu " dramatique.

Une stratégie imbécile

Ce n'est pas seulement injuste, avancent les " économistes atterrés ", c'est imbécile. Henri Sterdyniak explique de façon lumineuse pourquoi cette politique risque d'accentuer le problème au lieu de le régler. D'une part, parce que les incendiaires sont appelés, dans la zone euro, pour jouer les pompiers : les Etats qui se sont lourdement endettés pour sauver leurs banques et leur économie se trouvent désormais placés sous la coupe des marchés financiers. D'autre part, parce que l'austérité étouffe inévitablement toute possibilité de reprise économique sans pour autant permettre aux pays les plus fragiles de s'en sortir. [.......]

Entre accord et désaccord

En choisissant cette dernière voie, Henri Sterdyniak exclut l'hypothèse d'un non-remboursement partiel des dettes publiques. Cela reviendrait à faire éclater la zone euro, alors que l'important est d'en transformer les modalités de fonctionnement, qui relèvent d'une orthodoxie coupable. Soucieux de maintenir les institutions européennes, il préfère transformer les règles qu'elles imposent.

Dominique Plihon estime, au contraire, les dettes publiques partiellement illégitimes : leur aggravation résulte d'une baisse de la pression fiscale au bénéfice des plus favorisés, mais aussi de la transformation de dettes privées (financières) en dettes publiques. Toutefois, il rejoint Sterdyniak pour proposer une transformation profonde de la Banque centrale européenne et des politiques communautaires.

Désaccord mineur ? Pas tant que cela, car les objectifs prioritaires ne sont alors pas les mêmes : transformer le fonctionnement communautaire si l'on suit la voie Sterdyniak, s'attaquer à la finance internationale si l'on suit la voie Philhon. [.......] 

Extrait d'article de Denis Clerc publié en premier dans Alternatives Economiques  n° 303 de juin 2011 

 
20 ans d'aveuglement. L'Europe au bord du gouffre, par Les économistes atterrés
Les liens qui libèrent, 2011, 176 p., 8,50 euros.

Lire l'article complet, et les commentaires