L’Europe, il est temps de décider

par CHARLOTTE
jeudi 15 décembre 2011

L'Europe est en crise, quoi de neuf ? Au fil de son histoire l'Europe est passée de crise en crise comme un adolescent qui refuse toute autorité.

Croyez vous que la naissance des Etats-Unis ait été facile ? Et encore à l'époque ils n'étaient que 13 états. Mais ils avaient un ennemi commun, l'Angleterre, et cela les a aidés à se souder. Déjà il y avait les partisans d'un pouvoir central fort, et ceux qui veulent garder le plus d'autonomie, et ils ont fait des compromis. Bien sûr leur situation était très différente, ils avaient un continent à conquérir, pas de problèmes de compétition entre états. Surtout ils n'avaient pas des siècles d'histoire, qui avaient développé et consolidé les egos des peuples et des politiques.

Parce qu'une partie de nos problèmes vient de là. Nous remuons les vieilles rancœurs qui existent entre nos pays. Quelques déclarations récentes de politiques français par rapport à l'Allemagne ne sont pas piquées des vers !

Les différents personnages politiques ne veulent pas être ceux qui ont abandonné la souveraineté de leurs pays. Et puis, chacun a son propre calendrier électoral qui l'empêche de prendre les décisions nécessaires.

Souvent pour des raisons intérieures de tel ou tel pays, des décisions importantes n'ont pas été prises, et l'accumulation de ces non décisions nous a amené là où nous sommes.

C'est aussi ce qui s'est passé dans notre pays. A force de laisser le temps au temps, celui-ci passe et laisse derrière lui ceux qui n'ont même pas essayé de l'influencer.

A force d'occuper le temps du parlement avec des milliers d'amendement, au mépris des électeurs, on montre que l'on a un pouvoir de nuisance ; et que l'on est dans l'opposition simplement pour empêcher le gouvernement de gouverner, et non pas parce que ses réformes sont mauvaises.

L'Europe se construit depuis 40 ans avec une trajectoire erratique soumise aux changements politiques des plus grands pays. Nous n'avons pas fixé d'objectif et nous en changeons tout le temps au gré de nos gouvernants.

Les 13 colonies qui ont créé les Etats Unis, avaient un objectif et même plusieurs. Ils voulaient se débarrasser des anglais, conquérir un continent et développer un état.

Quelle Europe voulons-nous ? Quels sont les domaines laissés aux états et ceux qu'ils cèdent au gouvernement européen ? Quels sont nos objectifs d'intégration avec un calendrier ? Devons nous avoir tous les mêmes règles en matière de droit du travail, de fiscalité, de gestion des zoos etc…

Le problème c'est que nous ne pouvons pas nous mettre d'accord. Nous ne pouvons pas car les pays qui sont minoritaires sur une question refusent d'avoir "perdu" et de respecter la décision de la majorité. La preuve avec l'attitude anglaise cette semaine.

Peut être y aura-t-il plusieurs Europe, mais que nos politiques fassent preuve de courage politique. Qu'ils refusent toute compromission face à tel ou tel état. L'Angleterre a toujours eu une posture du genre "Vous me voulez tellement que vous allez passer du compromis à la compromission pour que je reste dans l'Europe".

Voulons-nous faire le bonheur des anglais en les faisant rester dans une Europe que les anglais ne veulent pas ? Leurs idées sont respectables mais on ne peut pas être dedans et dehors, ils devraient donc décider une fois pour toutes et que leurs différents gouvernements respectent cette décision sans la remettre en question.

Je sais les résultats du référendum sur la constitution européenne n'ont pas été respectés en France, et ce n'est pas normal. Mais qu'avons-nous vu ? Un président très impopulaire (c'est étonnant on l'adore maintenant !) qui a fait de ce référendum une question simple "me soutenez-vous ?". La réponse était évidente, mais il a fait passer son égo avant l'intérêt européen. On peut même penser que sa haine de N Sarkozy, habilement entretenue par De Villepin, l'a fait jubiler de laisser son successeur dans une situation impossible. Au fait qu'ont-ils fait Chirac et De Villepin pendant leurs carrières ? J'oubliais, ils ont dissous une assemblée qui aurait pu essayer de réformer, et ils ont fait un référendum qui a fait perdre du temps à l'Europe. C'est quand même des carrières exceptionnelles… !!! Chirac est l'exemple même de celui qui s'est contenté de laisser passer le temps. De Villepin est encensé pour un discours à l'ONU. Quelle réalisation ! On devrait lui donner les clès du pays (je sais il n'a pas une chance, mais il croit tellement qu'il a un destin) parce qu'il a bien parlé ? Mais quel risque a-t-il pris ? Quelle chose a-t-il réalisée ?

Nos gouvernants devraient clairement décider le périmètre d'autorité d'un gouvernement central européen, et celui de chaque état. Ils devraient également décider d'un calendrier et s'y tenir.

La commission devrait respecter cet objectif et ne pas essayer de l'influencer sans arrêt. D'ailleurs, à terme lorsqu'un gouvernement central existera aurons nous besoin de la commission ?

Les différents organismes gérant l'Europe sont tellement concentrés sur le fait de conserver leur pouvoir, qu'ils dépensent leur temps et leur énergie à conserver leur pré-carré plutôt qu'à faire leur boulot. Comment se fait il que nous ne connaissions souvent pas notre député européen ? Comment se fait il que les médias nous parlent sans discontinuer des interventions des uns et des autres lors des cessions parlementaires, alors que l'on entend que rarement parler des interventions au parlement européen ?

Quel est le rôle de M Van Rompuy ? On ne l'entend quasiment jamais. A-t-on choisi quelqu'un de si effacé qu'il ne fasse pas d'ombre aux dirigeants des grands pays ? Et Catherine Ashton, que fait-elle ? Ce poste de presque ministre des affaires étrangères devait permettre à l'Europe de parler d'une seule voix, on connait la suite. Avons-nous jamais entendu le gouverneur de l'Oregon ou du Kansas s'exprimer sur l'Afghanistan ?

Je sais ce n'est pas simple et il y a un gros risque que l'Europe perde un certain nombre de membres, et même qu'elle éclate, mais enfin si l'on nous disait vers où nous essayons d'aller, on pourrait y croire un peu plus.


Lire l'article complet, et les commentaires