Le gender mainstreaming : un outil d’égalité

par Claire Fernandez
mardi 27 mars 2007

La notion de « gender mainstreaming » est la politique européenne la plus connue en matière d’égalité homme-femme. Le « gender mainstreaming » vise à incorporer la notion d’égalité homme-femme dans la formulation de toutes les politiques publiques en Europe.

Toutefois, tous les pays européens ne sont pas au même niveau en matière d’égalité. Si les pays de l’Est ont pendant longtemps été en avance sur les pays de l’Europe de l’Ouest, il n’en est plus de même aujourd’hui.
Par ailleurs, le principe d’égalité de traitement entre les hommes et les femmes est inscrit dans le traité fondateur de l’Europe. En outre, depuis 1997, le « gender mainstreaming » est l’un des objectifs explicites de la stratégie européenne pour l’emploi. En effet, la stratégie de Lisbonne précise que d’ici à 2010, la proportion de femmes présentes sur le marché du travail devra passer à 60%. Parallèlement, la stratégie pour l’emploi requiert que toutes les politiques doivent être considérées du point du vue de l’homme et de la femme. Par exemple, il y aura des politiques visant plus spécifiquement à promouvoir l’entreprenariat au féminin.


Pour les pays de l’Est, ce programme rappelle les programmes d’émancipation féminine sous le communisme. L’attention particulière faite à l’égalité sur le marché de l’emploi n’est pas sans rappeler la priorité économique de l’Union européenne, mais elle laisse présager des avancées en matière sociale. Le but des politiques européennes est d’inclure la femme dans tous les changements du marché du travail. Cependant, l’inégalité homme/femme fait structurellement partie du système capitaliste alors qu’elle existait à un degré moindre sous le système socialiste.

En effet, dans ces pays, le communisme a promu une politique d’émancipation féminine faisant de la femme l’égale de l’homme, notamment du point de vue salarial. Depuis la chute du mur de Berlin, la tendance s’inverse. L’arrivée en masse du système économique occidental a entraîné une paupérisation de la main-d’œuvre féminine, qui a des conséquences négatives dans tous les pans de la société.
Selon Eva Fodor, le passage d’une économie socialiste à capitaliste aurait fortement ébranlé l’égalité homme/femme sur le marché du travail dans les pays de l’Est.
Bien que l’Union européenne se soit dotée d’un arsenal juridique dont la plus connue est la politique de gender mainstreaming destinée à éviter toute discrimination, les Européennes de l’Est ont vu en quinze ans leur situation se paupériser sur le marché du travail.
Les directives européennes concernant l’égalité homme/femme peinent à être appliquées et, selon Eva Fodor(1) elles ont un objectif limité qui détourne l’attention des véritables causes de l’inégalité.
Cependant, il est fort probable qu’elles vont aider les femmes à se positionner sur le marché du travail de façon égale aux hommes et favoriser un processus d’empowerment.
Le chemin vers l’égalité des hommes et des femmes notamment sur le marché du travail sera sans nul doute long et tortueux.

(1) Eva FODOR, Gender mainstreaming and its consequences in the European Union, The Analyst, 2006


Lire l'article complet, et les commentaires