UE : le Cadeau de Schulz

par taktak
vendredi 27 juin 2014

On vous l’avait seriné. Désormais, l’UE c’est la démocratie. En votant le 25 mai vous élisiez, certes au second degré, le président de la toute puissante commission européenne. Des individus au nom à peine prononçable en français. Leur confrontation télévisée en direct n’avait guère fait recette. Le pitoyable Le Hyaric avait colporté des illusions. Sur internet (2) , il envisageait une élection à plusieurs tours comme dans une municipalité.

Mais patatras…ou plutôt silence radio. Il fallut attendre plus d’un mois pour connaître le nom du futur élu. Sa nomination fut moulinée dans des rencontres confidentielles entre Merkel, Cameron et divers scandinaves. L’enjeu : des bisbilles interne à la droite (en tout état de cause majoritaire au Parlement). En matière de transparence, on fait mieux ! Décision définitive au mieux la semaine prochaine.

Certains chefs d’Etat réactionnaires n’ont pas désarmé. Cameron menace d’exiger un vote « au conseil européen », organisme évidemment non élu. Mais le candidat des multinationales bénéficie d’un soutien de poids. « La gauche européenne vote Juncker » annonce « Les Echos ». L’article ajoute : « le programme de la commission européenne demeure inconnu » annonce. Si inconnu que cela ? L’humour est pourtant rare dans l’organe central du MEDEF.

Les électeurs qui ont voté socialiste ont donc donné un chèque en blanc à la dictature euro-libérale. Et nos camarades qui ont fait campagne pour un président de commission grec ? N’ont-ils pas commis une erreur quelque part ?

  1. Martin Schulz fit semblant d’être candidat des socialistes à la présidence de la commission.
  2. en ligne sous : http://www.euractiv.fr/sections/elections-2014/patrick-le-hyaric-leurodepute-patron-de-presse-301904
  3. Huma et « Les Echos » de ce lundi 23 juin.

OR

Source : www.initiative-communiste.fr

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/cadeau-schulz/

Retrouvez le PRCF Pôle de Renaissance Communiste en France sur les réseaux sociaux :


Lire l'article complet, et les commentaires