Jacques Peyrat aboie, et la caravane de l’UMP passe

par Lou Gobi
mardi 29 août 2006

Il y a quelques jours, la caravane UMP, qui effectue sa tournée d’été des plages françaises dans le but de communiquer sur le parti mais aussi spécifiquement sur Nicolas Sarkozy, était de passage à Nice. Le but principal de la caravane est de récolter le plus d’adhésions possible, à grands coups de tongs et de serviettes de plage. |left>

Le député Rudy Salles n’a pas vu cela d’un très bon œil ; non pas que la caravane de l’UMP le gênât plus que ça, mais c’est la présence du maire de Nice, Jacques Peyrat, lors de la halte niçoise, qui a fait réagir le conseiller régional PACA. En effet, selon l’article que Rudy Salles a publié sur son blog, le maire de Nice lui aurait forcé la main et aurait exigé sa présence au cours d’une manifestation se déroulant dans "sa ville".

Revenant sur son passé de président départemental du Front national, de compagnon de route de Jean-Marie Le Pen, ou encore sur l’acclamation du Waffen SS Schonhuber à Acropolis, le député azuréen explique dans son texte que le premier magistrat de la ville de Nice aurait même interdit à son équipe municipale d’assister à la soirée qui s’est déroulée au théâtre de Verdure, regroupant ministres et militants de l’UMP.

Une attaque en règle, qui marque, sans doute, le départ d’une nouvelle saison déterminante pour la politique nationale et niçoise, qui sera ponctuée de grandes rencontres législatives pour choisir un nouveau président comme un nouveau maire. A l’heure où peu de candidats potentiels se sont officiellement déclarés, ou ont été choisis, dans les camps des grands partis niçois, Rudy Salles sera le porte-drapeau de son courant politique, alors qu’aucune certitude n’est acquise pour la candidature de Jacques Peyrat, et encore moins l’investiture du parti auquel il est rattaché aujourd’hui.


Lire l'article complet, et les commentaires