Ce que les barbares de Cologne disent de notre époque

par Laurent Herblay
vendredi 22 janvier 2016

Comme on le sait aujourd’hui, avec un temps de retard sans doute révélateur, des centaines de femmes ont été agressées à Cologne lors de la nuit du Réveillon. Une sinistre nuit qui en dit malheureusement bien long sur les problèmes de notre époque, dans bien des domaines.

 
Barbarie et silence coupable
 
Il est tout de même effarant, pour ne pas dire plus, que certains aient semblé se soucier de l’amalgame que pourraient susciter ces actes de barbarie, donnant de facto la priorité aux personnes d’origine étrangère sur les centaines de femmes victimes de violence sexuelle et aux centaines de personnes victimes de violence ou de vol pendant cette nuit. Comment peut-on une minute se poser la question du risque d’amalgame que pourrait nourrir de tels actes quand on réfléchit ne serait-ce qu’une seconde à l’horreur qu’ont du vivre les personnes agressées, et plus particulièrement les femmes, qui semblent avoir été entourées par plusieurs hommes pour camoufler les agressions sexuelles d’une partie d’entre eux ? Il s’agit d’un traumatisme d’une violence extrême et inacceptable dans une société civilisée.
 
Dans le Figaro, un sociologue canadien affirme qu’« on peut voir là une preuve de plus de la tendance du complexe médiatico-politique à filtrer les mauvaises nouvelles idéologiques  ». Mais quand on en vient à ne pas vouloir pas rendre compte d’actes aussi massifs et horribles pour ne pas ternir l’image des immigrés, cela n’est-il pas à la fois une forme de non-assistance à personne en danger et d'un odieux relativisme vis-à-vis de tels barbares, le symbole d’une grave perte de valeur. Comme pour Charlie, il faut affirmer nos valeurs et dire qu’il est inacceptable de se comporter de la sorte. Les immigrés coupables de ces actes ne devraient-ils pas pouvoir être expulsés (ce que la double peine permettait avant sa suppression) ? Il faut reconnaître ici que le rapport aux femmes de certains pays des migrants est bien incompatible avec notre société. Et s’ils n’acceptent pas nos valeurs, ils ne sont pas les bienvenus.
 

Il est également révoltant que si peu de suspects semblent avoir été appréhendés à date. Ces agressions nous indiquent sans doute que nous devons affirmer plus fermement nos valeurs et mettre fin au relativisme qui nourrit de telles horreurs. Pour le bien de tous.


Lire l'article complet, et les commentaires