Flamme de la Vérité du Tibet, changement politique en Chine et solidarité internationale

par Tibet Libre
samedi 29 septembre 2012

Un parcours à travers le monde de relais de la Flamme de la Vérité a été lancé par Parlement tibétain en exil le 6 juillet 2012, date anniversaire du Dalaï lama. Il se déroule alors que Hu Jintao cède la place à Xi Jinping à la tête de la Chine et doit se conclure le 10 décembre par la remise d’une pétition à l’ONU, à l'occasion de la journée des droits de l'homme. Les dates du parcours rappellent d’une part, que le Dalaï lama, dans sa volonté de conduire les Tibétains à la démocratie, formulée dès son arrivée en exil en Inde, s’est définitivement retirer en mars 2011 de sa fonction politique au profit d'un exécutif laïc, élu au suffrage universel, et d’autre part que les Tibétains attendent de la Chine et de son nouveau dirigeant le respect des droits de l’homme demandé par l’ONU depuis 1959, et la reprise du dialogue sur la question tibétaine.

La flamme symbolique qui a traversé l'Inde, parcours aussi les États-Unis, Taiwan et l'Australie et fera étape dans 22 pays européens. L'objectif est d'attirer l'attention sur la situation qui s'aggrave au Tibet, et d'engendrer un mouvement de solidarité, sous la forme de signature de pétition, et d'initiatives pour la résolution de la question tibétaine.

En Europe, le parcours mené par le député tibétain Thupten Wangchen a débuté le 2 septembre en Espagne qui a traversé Andorre, la France, l'Angleterre, l'Irlande, le Luxembourg, la Belgique et éclairera Allemagne, Pays-Bas, Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Hongrie, Autriche, Italie, Suisse et Russie.

Le relais nord-américain de la flamme de la vérité a été lancé à Washington et à Ottawa en même temps. Il passera dans 22 grandes villes de l'Amérique du Nord. Dans son allocution, M. Tashi Namgyal Khamshitsang, député tibétain pour l’Amérique du Nord, a déclaré que l’objectif du relais est de mettre en évidence la situation critique du peuple du Tibet et d’exprimer notre solidarité. Alors que les Tibétains ont dû faire face à une souffrance inimaginable sous la domination chinoise pendant plus de cinq décennies, depuis 2008, ils ont été confrontés à une répression brutale. La Chine a déclenché la répression au Tibet avec plus d'intensité que par le passé. Elle met en œuvre des politiques inhumaines au Tibet tout en délivrant de fausses déclarations. Il a appelé l'ONU et la communauté internationale à mener des enquêtes au Tibet. « Il faut rappeler à l'ONU que les Tibétains, eux aussi, sont membres de la communauté internationale et qu’elle a la responsabilité de les protéger, comme elle le doit dans le cas du peuple de la Libye, de la Syrie, du Timor oriental, etc. ».

Pour les Tibétains en exil, il s’agit d'informer sur la situation actuelle au Tibet, si insupportable que depuis mars 2011, 51 Tibétains se sont immolés par le feu réclamant des droits pour les leurs et une solution négociée de la question tibétaine. Chaque étape est l'occasion d'initiatives solidaires de représentants de la société civile et politique.

En France, où depuis cet été, une nouvelle Assemblée nationale siège au Parlement, les députés élus sont appelés à rejoindre le groupe d’études sur le Tibet. Depuis 1989, régulièrement renouvelé, le groupe d’études sur le Tibet rassemble plus d’une centaine de nos députés et prend des initiatives sur la question du Tibet.

A Bruxelles, les efforts pour obtenir la nomination d'un représentant spécial de l'Union Européenne pour le Tibet, demandée depuis de nombreuses années, ont été repris par le député président de l’intergroupe Tibet, un élément majeur pour promouvoir le dialogue entre le gouvernement chinois et l’administration tibétaine en exil.

Les Etudiants pour un Tibet Libre ont choisi le 3 octobre, jour où Hu Jintao quitte la présidence du Parti Communiste Chinois et va être remplacé par Xi Jinping, pour montrer un soutien au peuple tibétain et sa culture en manifestant à Paris, à proximité de l'ambassade de Chine de 16h à 19h.

Le relais de la flamme de la vérité du Tibet est l'occasion de signer la pétition qui sera remise à l’ONU le 10 décembre. Une campagne de signature est également en ligne sur Internet http://www.thepetitionsite.com/takeaction/198/920/082/


Lire l'article complet, et les commentaires