Guerre contre le terrorisme : et si on se trompait de cause ?

par siwar
mercredi 24 août 2016

Depuis deux ans, en France, nous sommes baignés dans une « guerre » contre le terrorisme. On nous explique que les causes sont religieuses : extrémistes, salafistes, djihadistes ; et que cela est dû à la haine de l’occident et la haine entre les musulmans les juifs et les chrétiens.

En me baladant l’autre jour dans la rue, j’entends des jeunes arabes, un peu provocateurs et éméchés crier : " On est deux milliards de musulmans et on va tous vous niquer". Là je me suis dit, si les origines de cette guerre sont vraiment religieuses alors les mécréants n’ont aucune chance.

Mais finalement, il n’y a pas d'unité entre les musulmans. Pourquoi l’Arabie Saoudite bombarde le Yémen ? Pourquoi l’Arabie Saoudite n’accueille aucun refugié ? Pourquoi les réfugiés musulmans préfèrent venir dans des pays non-musulmans ? Pourquoi les Soudanais, s’auto-entretuent ? Pour les Somaliens s’auto entretuent ? Pourquoi l’Irak en 1990 a envahi le Koweït ? Les musulmans se font la guerre entre eux depuis des dizaines et des dizaines d’années. Les raisons n’ont rien de religieuses. Il n’y a pas de fraternité dans le monde Arabe.

Ces guerres concernent le contrôle des territoires et des ressources énergétiques.

L’état islamique qui enrôle, embrigade et entraine des jeunes musulmans dans leur armée essayait de maitriser un territoire (Irak et Syrie) afin de contrôler ses ressources. Leurs actions militaires sont dirigées contre Bachar El Assad, le seul rempart au Qatar pour son projet de construction de gazoduc jusqu’en Europe.

Pourquoi les causes premières du terrorisme, qui sont géopolitiques, ne sont pas plus relayées, analysées et expliquées au grand public ?

Imaginons que l’on parle plus dans les médias du dessous des cartes ; que l’on décortique les stratégies diplomatiques et militaires, les intérêts des multinationales, notre dépendance au pétrole, les alliances entre les Russes et le régime Syrien, les intérêts des Turques. Plutôt que du burkini. Les tensions inter-communautés n’existeraient pas, puisque cela n’a aucun lien direct avec cette guerre ; notre peur serait tout autre et nos actions seraient différentes.


Lire l'article complet, et les commentaires