IsraŽl est l’agresseur et non l’agressť !

par Pingouin094
vendredi 1er août 2014

 Au début de l’offensive Israélienne contre Gaza, notre président de la République s’est tristement distingué en reconnaissant à Israël « le droit de se défendre » contre les roquettes de la résistance palestinienne. Pourtant, rien n’est plus faux. Israël est bien l’agresseur et non l’agressé.

 
Israël est l’agresseur dans le temps long, puisqu’il est la puissance coloniale, l’occupant. L’occupation est la première violence d’où découlent toutes les autres.
 
Mais Israël est également l’agresseur dans le temps court de l’actuelle opération « Bordure Protectrice ». C’est en effet le meurtre de trois jeunes colons israéliens qui est à l’origine – le prétexte plutôt – d’une offensive majeure d’Israël contre le Hamas. Dans le cadre des « recherches » pour retrouver les trois jeunes colons, le gouvernement Israélien a arrêté prêt de 400 palestiniens dont de nombreux membres et dirigeants politiques du Hamas.
 
Prétexte, le mot est juste. Il est en effet désormais établit que le Hamas n’était pas à l’origine de l’enlèvement et du meurtre des trois jeunes colons ( Benjamin Netanyahou contredit, le Hamas n’aurait pas tué les trois israéliens – Paris Match le 25/07 ).
Le gouvernement israélien savait dès les premières heures de l’enlèvement que les trois jeunes colons étaient morts (Le Hamas responsable de la mort des trois ados israéliens ? Plus si sûr – Rue 89 le 25/07) ce qui ne l’a pas empêché d’instrumentaliser les opérations de recherches, d’une part pour émouvoir dans son intérêt la société israélienne et la communauté internationale ; d’autre part pour justifier des opérations militaires contre le Hamas et d’autres mouvements de résistances palestinienne sous le couvert d’une opération de police.
Enfin, il n’échappera à personne que les arrestations massives qui à ce niveau méritent plus le qualificatif de « rafle » ne pouvaient être justifiées par l’arrestation de suspects dans une affaire d’enlèvement. On image mal plus de 400 palestiniens répartis dans toutes la Cisjordanie - dont de nombreux députés - comploter pour organiser l’enlèvement de trois autostoppeurs…
 
L’opération « Gardien de nos frères » doit donc bien être qualifié d’offensive de l’armée israélienne contre la résistance palestinienne en général et le Hamas en particulier en Cisjordanie. Les tirs de roquettes de la résistance palestinienne depuis la Bande de Gaza ne sont donc qu’une riposte à une offensive israélienne.
 
En la matière, si quelqu’un a exercé son « droit à se défendre » face à une offensive armée, pour reprendre les propos de Fançois Hollande, ce n’est pas Israël, mais bien la résistance palestinienne. Et comme le disait Nelson Mandela, « C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé, qui détermine la forme de la lutte.. Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’aura pas d’autre choix que de répondre par la violence. Dans notre cas, ce n’était qu’une forme de légitime défense » (Nelson Mandela, « un long chemin vers la liberté »).
 
Article publié initialement sur le Blog de Pingouin094

Lire l'article complet, et les commentaires