L’auteur de l’assassinat de Nemtsov déclaré : ce serait Adam Osmaïev, commandant du bataillon tchétchène de la junte de Kiev. Une dissonance cognitive s’impose

par roman_garev
samedi 14 mars 2015

Qui a assassiné Boris Nemtsov la nuit du 28 février au centre de Moscou ? Qui a organisé ce meurtre ? On s’attendait à une enquête longue et peu hâtive, durant des mois, sinon des années, mais contre toute attente, rien que huit jours écoulés, et la télé nous montre les exécuteurs, leurs aveux au tribunal, des réactions de leurs familles, des réflexions et des doutes des personnalités publiques de toute espèce… Mais le comble, c’est que quelques jours après on nous présente déjà un organisateur !

Selon le site web du journal « Komsomol’skaya Pravda », un tuyau du FSB vient d’annoncer au journaliste Anne Vélig’janina la révélation de l’organisateur du meurtre de Boris Nemtsov. Ce serait Adam Osmaïev, le commandant du bataillon tchétchène de la junte de Kiev (officiellement appelé « Bataillon international de pacification Djokhar Doudaïev ») depuis le 2 février 2015 (suite à la mort de son ancien commandant Issa Mounaïev à Débaltsevo le 1er février). 

Selon la Wikipédia russe, Adam Osmaïev (né le 2 mai 1981 à Grozny) a quitté la Tchétchénie vers 2005 pour s’installer à Moscou. La nuit de 9 mai 2007 FSB a réussi à prévenir l’attentat à la vie de Ramzan Kadyrov, dont l’un des suspects était Osmaïev. Étant sous l’engagement de ne pas partir, Osmaïev a dû fuir en Grande Bretagne (où il avait entamé en 1999 ses études à l’Université de Buckingham, jamais achevées, et aurait fait connaissance aux autres Tchétchènes habitant là-bas qui l’auraient enseigné à manier des explosifs) et ensuite a été arrêté par contumace. Arrêté le 4 février 2012 à l’Odessa (il était arrivé en Ukraine moyennant des faux papiers) pour les préparatifs d’un attentat terroriste (rien à voir avec l'attentat précédent à Moscou), il a avoué avoir préparé un attentat contre Poutine.

Le 14 août 2012 le tribunal d’appel de la région d’Odessa a décidé l’extradition d’Osmaïev en Russie, mais cette extradition a été bloquée par le Tribunal Européen des Droits Humains. Le 24 mars 2014 la femme d’Osmaïev a revendiqué sa réhabilitation auprès du nouveau pouvoir ukrainien. Le 18 novembre 2014 le tribunal Primorsky de la région d’Odessa a condamné Osmaïev à 2 ans, 9 mois et 14 jours (justement le temps qu’il était détenu en tant que suspect) pour l’utilisation illégale des explosifs (le terrorisme a été préalablement exclu de l’accusation) et l’a libéré sur-le-champ. Peu après on voit le personnage dans les rangs du bataillon Djokhar Doudaïev largement connu pour ses opérations punitives au Donbass.

Quant aux exécuteurs du meurtre de Boris Nemtsov, ils seraient six, tous également des Tchéchènes.

Le 7 mars on a annoncé l’arrestation de cinq suspects à la région de Moscou et à l’Ingouchie. Le sixième suspect, Béslane Chavanov (30 ans), a été tué (ou s’est tué) par l’explosion d’une grenade lors de son arrestation (probablement, par un détachement de « spetsnaz ») à son appartement à Grozny.

Auprès du juge du tribunal Basmanny de Moscou le 8 mars un des suspects, Zaour Dadaïev, a avoué avoir tiré sur Nemtsov. Cependant le lendemain il s’est dédit de son aveu. Le pistolet dont on s’était servi aurait été trouvé dans la rivière Moscova.

Pendant plus de 10 ans, Dadaïev (né en 1983) a servi dans le bataillon « Sévèr » (« Nord ») du MVD de la Tchétchénie, étant son commandant adjoint au grade de lieutenant. Il a démissionné le lendemain de l’assassinat de Boris Nemtsov. Aussitôt après son arrestation Ramzan Kadyrov, sur Instagram, a fait l’éloge du courage de Dadaïev. Il l’a appelé « un vrai patriote de la Russie ». Il a aussi loué un autre suspect, Chavanov (abattu à Grozny). Le lendemain Ramzan a été décoré par Poutine d'un ordre d'Honneur.

Presque toutes les péripéties passionnantes de ces arrestations ont été largement éclairées et commentées dans la presse. On en verra sans doute la suite.

Tout cela provoque une dissonance cognitive. Des combattants ardents de la garde de Ramzan Kadyrov auraient effectué le meurtre sur la demande d’Adam Osmaïev, le pire ennemi de ce même Ramzan. Qui plus est, Nemtsov (la victime) était incontestablement un grand ami de la junte de Kiev, dont Osmaïev (l'auteur du crime) reste un fidèle serviteur. Une machination diabolique ?

En tout cas, telle est la version proche de l'officielle. Difficile d'imaginer comment Poutine saura se débrouiller. Mais il se débrouillera, sans aucun doute...

Adam Osmaïev, militaire

 

Adam Osmaïev, suspect

 

Zaour Dadaïev

 

Ramzan Kadyrov

Lire l'article complet, et les commentaires